A la Une, Cameroun

Cameroun: quand la fille du président s’attire la foudre des internautes

Brenda BiyaHabituée à secouer le web par ses écarts de comportement, Brenda Biya, la fille du président de la République du Cameroun fait l’objet de railleries depuis quelques jours sur les réseaux sociaux.

Tout est parti d’un concours de recrutement de l’Ecole Nationale d’Administration publique (ENA), auquel la fille de Paul et Chantal Biya, a postulé.

Une candidature qui passe mal aux yeux de certains Camerounais qui estiment que cette dernière ne mérite pas de travailler dans l’administration publique au regard de ses « multiples comportements déviants ».

Pour mémoire, plusieurs photos compromettantes de la fille du président Camerounais avaient récemment circulé sur les réseaux sociaux.

Sur certains clichés, l’on pouvait apercevoir Brenda Biya en train d’embrasser un homme, sur d’autres elle était accompagnée d’un homme plus âgé qu’elle. Dans une vidéo, elle menaçait certaines personnes et en train de fumer dans une autre.

De quoi à alimenter la polémique, surtout quand de tels comportements émanent de la fille du premier citoyen Camerounais, qui devrait servir en principe de modèle pour la jeunesse, ou encore montrer une image beaucoup plus saine de la famille présidentielle.

Selon certains internautes, « ils ont du mal à voir la fille du président postuler pour un concours avec tous les avantages et les grandes écoles dans le monde où elle pourrait se former ».

D’autres vont plus loin en souhaitant que l’admission de la fille du président Biya à l’ENAM soit bel et bien méritée et non une simple formalité.

« Pour l’instant cette démarche ne me pose aucun problème. Être fils ou fille de président ne nous empêche pas de vouloir servir la République. Ce qui pose problème c’est si elle ne va pas composer mais réussit au concours et est nommé quelques mois après cadre. Là ce sera le début des problèmes », écrit un journaliste sur sa page Facebook.

Dans la foulée, les partisans de Brenda n’ont pas hésité à prendre la défense de la jeune fille. Sur twitter  l’on pourrait lire: « Tu étudies à l’étranger ils te critiqueront, tu reviens dans ton pays ils feront pareil. Sachez que le Cameroun  appartient à tout Camerounais ».

 

 

 

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *