A la Une, Affaires

« Nous ne pouvons pas être sages quand nous voyons notre peuple mourir ! »

L’inexorable ascension de Kemi SEBA. Récemment extradé en France par le président du Sénégal, Macky SALL, le prestige de cette opposant radical n’en finit pas de grandir.  » Nous souhaitons que les dirigeants africains francophones aient une vision claire et précise… »

Seba

A Paris, pour un débat public, le tribun populiste :

Pour lui, « le Franc CFA appartient à la Banque de France ». Et :  « J’ai décidé de brûler de façon symbolique, un billet de 5000 F CFA ». Sur la plainte de la BCEAO ( Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest), il a été incarcéré 5 jours dans une prison sénégalaise.

Les propos de Kémi SEBA contre le Franc CFA trouve en France un échos chez plusieurs acteurs majeurs de la vie politique. Etrangement, Marine LE PEN s’est publiquement prononcée contre le FCFA :

« C’est un drame pour l’économie africaine ». On est en train de tuer économiquement l’Afrique. C’est impossible de s’en sortir avec une monnaie comme celle-là » :

 

Mais, Kémi SEBA n’est pas le seul, même si son opportunisme politique, et aussi son flair, le conduisent à vouloir incarner la lutte contre le FCFA/ Récemment invité de Emmanuel MACRON, Allassane OUATTARA évoquait, lui aussi, les enjeux du Franc CFA :

« Cette monnaie est la nôtre…Elle maîtrise l’inflation….C’est une monnaie qui a une très forte attraction…elle est utilisée dans tous les pays voisins, et même le Ghana. » Et, plus loin : « Elle est couverte à 70% en devises à la banque centrale. La monnaie est solide. Nous souhaitons aller vers une monnaie de la CDAO ».

 

Auteur : Christian PERSON

A lire aussi :

Photo du profil de Christian PERSON

À propos Christian PERSON

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *