A la Une, Politique

Burkina Faso: Macron humilie Kaboré devant les étudiants

Macron_KaboreC’est le fait qui aurait marqué les esprits dans le cadre de la visite officielle du président Français au Burkina Faso.

Au cours de  la séance de questions-réponses entre Emmanuel Macron et des étudiants burkinabè à l’université de Ouagadougou, mardi 28 novembre, Emmanuel Macron s’est permis de faire une blague à l’endroit de son homologue burkinabè, qui tranche avec les bienséances protocolaires.

Interrogé sur les infrastructures électriques du pays, jugées insuffisantes, le président de la République a d’abord répondu qu’il n’était en rien responsable des coupures de courant.

« Vous m’avez parlé comme si j’étais le président du Burkina Faso (…). « Quelque part, vous me parlez comme si j’étais une puissance coloniale », a commenté le locataire de l’Elysée, avant de renvoyer les étudiants burkinabè à leur propre chef de l’Etat.

« Mais je ne veux pas m’occuper de l’électricité dans les universités au Burkina Faso, c’est le travail du président », a-t-il lancé, en indexant le présent burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, présent dans la salle.

Une séquence qui a précédé le départ du président burkinabé, commenté en direct par Emmanuel Macron. « Du coup il s’en va. Reste là ! (…) Du coup il est parti réparer la climatisation », a-t-il ajouté.

Selon un journaliste d’une chaîne de télévision française, Macron s’est montré très décontracté devant les étudiants mais en a fait un peu trop.

A en croire plusieurs observateurs avisés, Roch Marc Christian Kaboré qui avait quitté l’amphithéâtre brièvement, n’apprécierait pas cette plaisanterie de « mauvais goût ».

Traiter Roch Kaboré de « réparateur de climatiseur », même teinté d’humour, relève d’une sorte d’humiliation flanquée à un chef d’Etat sur son propre territoire.

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *