Afrique du Sud: Cyril Ramaphoza élu à la tête de l’ANC

8 Vues, 3 Aujourdhui

Cyril RamaphozaLe vice-président Cyril Ramaphosa, 65 ans, vient de succéder au président sud-africain Jacob Zuma à la tête du Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis 1994.

Il a battu avec 2440 votes contre 2261 voix, sa rivale Nkosazana Dlamini-Zuma, ex-patronne de l’Union africaine (UA) et ancienne épouse du président Jacob Zuma, dont le pouvoir est très contesté avec à la clé des scandales à répétition.

Présenté par Le Monde comme celui fait rêver les Sud-Africains, l' »Enfant de Soweto » et millionnaire, incarne l’espoir de redressement économique après l’ère Zuma.

Selon plusieurs observateurs, Cyril Ramaphosa pourrait devenir, dans deux ans, le nouveau président de l’Afrique du Sud.

Soutenu par l’aile modéré du parti, Cyril Ramaphosa, 65 ans, a vivement dénoncé la corruption du clan Zuma. Ancien syndicaliste reconverti en richissime homme d’affaires, il a promis de relancer l’économie du pays.

A noter qu’il a été élu à la tête de l’ANC à l’issue d’un congrès de deux jours après une campagne âpre et serrée.

Bref aperçu sur Cyril Ramaphosa avec Wikipédia

Cyril Ramaphosa est né en 1952 à Johannesbourg, dans une famille modeste originaire du Venda. À 20 ans, il entre à l’université du Nord pour étudier le droit. Il adhère à l’Organisation des étudiants sud-africains (SASO), et est arrêté en 1974. Il reste emprisonné pendant onze mois, puis de nouveau en 1976, après les émeutes de Soweto.

Il termine ses études d’avocat à l’Université d’Afrique du Sud en 1981, et est embauché le Conseil des syndicats sud-africains (CUSA) comme conseiller juridique. En 1982, il devient le secrétaire général du Syndicat national des mineurs (NUM), nouvellement créé, et est à ce poste lors des grèves de 1987, les plus grandes de l’histoire du pays.

Très respecté en tant que négociateur habile et stratège redoutable, il joue un rôle crucial , au cours des négociations du début des années 1990 pour parvenir à une issue pacifique à l’apartheid et orienter le pays vers ses premières élections nationales non raciales au suffrage universel en avril 1994. Le 24 mai 1994, il est élu président de l’Assemblée constituante.

Il est marié au Dr Tshepo Motsepe et il a quatre enfants.

Devenu ensuite un homme d’affaires, il revient à la politique, devient vice-président du Congrès national africain (ANC) en décembre 2012 et de la République depuis le 25 mai 2014.

Capitaliste et pragmatique, il s’oppose à la vision radicale et panafricaine de son adversaire Nkosazana Dlamini-Zuma. Pour lutter contre les inégalités, il veut rendre l’université gratuite pour les plus pauvres.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *