Ethiopie : le gouvernement gracie les prisonniers politiques

prisonnier

Le mercredi dernier, le gouvernement éthiopien a annoncé une série de grâces présidentielles à l’endroit des prisonniers politiques. L’information a été donnée par le premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn.

Ce geste s’inscrit d’après le gouvernement dans le processus de réconciliation nationale. « Afin d’améliorer le consensus national et d’élargir le débat démocratique, la décision a été prise d’acquitter des hommes politiques et de les libérer de prison », a déclaré le chef du gouvernement à la presse à Addis-Abeba.

Le nombre des détenus qui seront libérés n’est pas connu. Toutefois, le premier ministre a assuré que les charges seraient abandonnées pour ceux en instance de jugement.

Le gouvernement se dit “ouvert à la critique” et espère ainsi poser les prémices d’un dialogue politique avec l’opposition. Soulignons que plus de 7 000 personnes, sur les 21 000 arrêtées durant l’état d’urgence entre octobre 2016 et août 2017, sont encore détenues. Parmi eux, de nombreuses figures politiques et des journalistes.

Le premier ministre M. Hailemariam a ensuite annoncé que le centre de détention de Maekelawi à Addis-Abeba considéré comme camp de torture serait fermé et transformé en musée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *