Burkina: création d’un haut conseil pour le dialogue social

36 total views, 2 views today

Face à la recrudescence des grognes sociales, le gouvernement burkinabé a lancé un haut conseil du dialogue social. Objectif : analyser les préoccupations sociales afin d’y apporter des réponses.

Si certains voient déjà en cette instance une lueur d’espoir, pour d’autres en revanche ce haut conseil du dialogue pourrait être un instrument de diversion face à leurs revendications.

« Ce haut conseil viole la légalité. D’autant que la convention 98 de l’OIT [l’Organisation internationale du travail], qui donne droit d’organisation et de négociation collective, et qui a été ratifiée par notre pays, dit bien que pour avoir un haut conseil du dialogue social il faut qu’il y ait des élections professionnelles », dénonce Bassolma Bazié, secrétaire général de la Confédération générale du travail au Burkina Faso.

« Le deuxième aspect, c’est que, s’il n’y a pas d’élections professionnelles, on peut le faire par consensus. Là aussi, le deuxième cas a été violé. Ce n’est pas l’unité d’action syndicale qui a proposé des représentants pour ce haut conseil. Mieux, nous avons dit que s’il y a un haut conseil du dialogue social, il faut que ce soit du bénévolat. », a-t-il ajouté.

Selon les responsables syndicaux, il existe déjà de nombreux cadres de dialogue entre le gouvernement et se partenaires sociaux.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.