Tanzanie: Magufuli en guerre contre les « filles-mères » dans les écoles

38 total views, 2 views today

L’homme fort de la Tanzanie John Magufuli est de plus en plus ferme en vue de rehausser le système éducatif de son pays. Pour ce faire, le président appelle à l’application stricte de la loi portant sur l’interdiction de grossesses en milieu scolaire. Il n’est plus question depuis peu que les élèves tombent enceintes sur les bancs d’études.

Toute jeune fille qui tombe enceinte est elle-même, « l’auteur » de sa grossesse et ses parents sous peine d’emprisonnement. Selon des statistiques du ministère de l’Education, 28.600 adolescentes auraient quitté l’école entre 2004 et 2008 pour cause de grossesse.

Plusieurs facteurs entre autres la loi de 1971 qui légalise l’union d’un homme avec une fille de 14 ans, ou encore, le manque de moyens, sont à la base de cette situation.

A l’heure où plusieurs pays européens ou africains crient à une baisse de la natalité, le gouvernement tanzanien semble trouver le moyen adéquat de freiner le fléau en milieu scolaire.

Même si les Ong dénoncent une atteinte aux droits humains, plus de 50 élèves ont été arrêtées au cours de ces 24 derniers mois.

Et conformément à la loi, ces filles ont été exclues de l‘école. Le président Magufuli, celui que l’on surnomme ‘’le bulldozer’’ maintient sa position et déclare à l’endroit des ONGs : « … les ONG devraient ouvrir des écoles spécifiques pour des filles enceintes. Mais elles ne devraient pas forcer le gouvernement de reprendre les élèves. Après être tombée enceinte, vous avez terminé avec les études !».

Toutefois, l’Unicef se bat activement sur le terrain. Il y a des filles mères qui ont été réintégré bien que certaines écoles sont encore réticentes.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.