Affaire financement libyen: un proche de Nicolas Sarkozy arrêté à l’aéroport de Londres

Visé par un mandat d’arrêt international émis par les juges français, l’homme d’affaires Alexandre Djouhri, a été arrêté à l’aéroport de Londres le 7 janvier dernier. Il est placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur un possible financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Selon plusieurs médias français, cet intermédiaire de nationalité française et proche de Sarkozy, avait toujours refusé de répondre aux convocations de la justice, notamment pour être interrogé sur le dossier.

Libération souligne que Djouhri semblait narguer la justice française, en se baladant dans les hôtels de luxe en Algérie, en Afrique du Sud, en Russie ou au Royaume-Uni.

Les juges tentent de vérifier les accusations lancées en 2011 par l’ancien président libyen Mouammar Kadhafi et son fils Saïf al-Islam, selon lesquelles Nicolas Sarkozy avait bénéficié de leurs fonds pour sa campagne de 2007.

A noter que cette affaire s’est éclatée grâce à la publication d’un livre d’enquête, écrit par Fabrice Arfi et et Karl Laske, deux journalistes de Mediapart.

Dans la foulée, Nicolas Sarkozy a pour sa part, poursuivi Mediapart pour « fake news », usage de faux et diffusion de fausses nouvelles. Mais l’ex-président Français a perdu deux fois.

Bref aperçu d’Alexandre Djouhri, avec RFI

Alexandre Djouhri, ou « Monsieur Alexandre » comme il aime se faire appeler, est un personnage singulier : un redoutable séducteur au bagou sans pareil. D’origine modeste, il a su ouvrir toutes les portes de la banlieue parisienne jusqu’aux palais de la République.

Au début des années 2000, Alexandre Djouhri se lie ainsi d’amitié avec Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy. De 2007 à 2012, au sommet de sa gloire, il devient l’interlocuteur incontournable du pouvoir, tout en faisant fortune comme intermédiaire. Il est de tous les gros contrats signés par les industriels français au Moyen-Orient, en Russie et en Afrique du Nord.

Mais l’alternance politique en 2012 va faire pâlir son étoile. Alexandre Djouhri va aussi se retrouver dans le collimateur de la justice. Le parquet financier le soupçonne de détournements de fonds à la faveur de la vente d’une villa sur la Côte d’Azur à Bachir Saleh, l’ancien grand argentier du régime de Khadafi dont le nom apparait dans les accusations de financement occulte de la campagne présidentielle de 2007. S’il a jusqu’à présent toujours ignoré les convocations de la justice, cette fois « Monsieur Alexandre » ne pourra y échapper. La fin d’une certaine impunité.

Réagissez sur: http://africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *