Togo: quand Faure Gnassingbé nargue son frère Kpatcha détenu bientôt 10 ans

Jugé et condamné en 2011 à 20 ans de prison pour tentative de putsch en avril 2009 contre le président Faure Gnassingbé, son demi-frère, Kpatcha Gnassingbé demeure le prisonnier le plus célèbre au Togo.

Après la libération le 21 décembre 2017 de l’ex-adjudant, Seidou Ougbakiti , accusé dans la même affaire, deux autres coaccusés ont recouvré la liberté lundi 08 janvier 2018, après huit ans de détention dans les prisons de Tsévié et de Sokodé. Il s’agit principalement de Esso Gnassingbé et Sassou Sassouvi.

L’on imagine la joie des familles respectives mais aussi le conseil de ces derniers. Mais, la grosse interrogation est de savoir quel sort est réservé au principal accusé, Kpatcha Gnassingbé, dont la libération est vivement souhaitée par beaucoup de Togolais.

Considéré à l’époque comme le Numero 2 du pays après le décès en 2005 de leur père, le feu général Eyadema Gnassingbé, Kpatcha Gnassingbé fut d’abord directeur de la Sazof, entreprise chargée de la gestion des zones franches, puis de la Société togolaise de Coton (Sotoco).  Diplômé de la Southeastern University de Londres, il a cultivé son réseau dans la hiérarchie militaire, à la différence de son père, plus sensible au business.

Avant qu’il nourrissait des « ambitions présidentielles », ceci dans l’ombre de son frère et chef d’Etat, le patronyme présidentiel suscitait déjà la crainte, impose le respect et faisait de lui, un homme très influent dans les sérails du pouvoir tout comme ses autres frères et sœurs.

Même derrière les barreaux, Kpatcha continue de jouir de plusieurs privilèges par rapport aux autres détenus, compte tenu de la position de son frère, dont le pouvoir est contesté depuis le 19 août dernier par l’opposition.

Le demi-frère du président, qui effectue plusieurs navettes entre sa cellule et le CHU de Lomé, pour des raisons de santé, conserverait une certaine popularité dans le pays, selon les mauvaises langues.

C’est ce qui expliquerait son maintien en prison depuis lors. D’aucuns le présentent d’ailleurs comme le « prisonnier personnel » de Faure Gnasssingbé. Car lui seul pourra décider véritablement de son sort. Il faut souligner qu’en dépit des multiples recours et de son immunité parlementaire d’antan, voire toutes les tractations, notamment d’autorités coutumières, la libération de Kpatcha se heurte au refus catégorique de son frère du Palais.

Perquisitionné à deux reprises, son domicile a été pris d’assaut par les forces de l’ordre. Au cours de l’opération, une clé-USB avait été découverte et qui comportait des informations selon lesquelles Kpatcha Gnassingbé avait échafaudé un coup d’Etat pour renverser son frère qui se préparait à un voyage en Chine. Et ceci, avec la complicité de hauts gradés de l’armée. Il sera donc arrêté de même que Essolizam Gnassingbé, un autre frère du clan qui règne sur le Togo depuis plus de cinq décennies.

 

 

Réagissez sur: http://africatopforum.fr

One thought on “Togo: quand Faure Gnassingbé nargue son frère Kpatcha détenu bientôt 10 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *