Afrique du Sud: une pub « raciste » de H&M fait jaser !

Le géant de la mode H&M est au cœur d’une vive polémique sur la toile depuis la publication sur son site internet d’un visuel de sa nouvelle campagne publicitaire. Sur le visuel, l’on pouvait identifier plusieurs jeunes garçons dont un noir vêtu d’une capuche sur laquelle est mentionné: « Coolest monkey in the jungle », « le singe le plus cool de la jungle ».

Ce qui était au départ un simple message publicitaire s’est vite révélé un message à caractère « raciste ». Et les conséquences n’ont pas tardé à tomber. Des messages d’indignation et de boycott ont fusé sur les réseaux sociaux.

« Avec la diffusion de cette publicité, beaucoup de personnes se sont encore indignées parce que cette question rend les sud-Africains très nerveux. Un enfant africain ne peut pas porter un tee-shirt avec une référence à un «singe» alors que l’enfant blanc porte un tee-shirt ou il est inscrit « Expert» ! », a déclaré Zwakirah Badi, chargée de communication à la Fondation Ahmed Kathrada.

A en croire RFI, les appels à ne plus travailler pour le géant suédois ou à ne plus acheter leurs vêtements se sont multipliés en Afrique du Sud.

« Je n’ai jamais été un fan de H & M depuis le premier jour … Premièrement, ils n’ont jamais eu de gens de couleur dans leurs campagnes, même lorsqu’ils sont venus en Afrique. Maintenant ça. Montrons leur ainsi le pouvoir du singe », ironise le chorégraphe, Somizi Mhlongo, sur son compte Instagram.

Effet recherché ou flop marketing? Difficile d’y répondre. Cependant, le moins qu’on puisse dire est que H&M a eu une presse exécrable.

Il y a 2 ans, la société suédoise avait suscité l’indignation en Afrique du Sud quand elle a refusé de mettre des mannequins noires dans ses pubs.

Selon RFI, un projet de loi criminalisant le racisme est sur la table de l’Assemblée nationale sud-africaine depuis plus d’un an, mais il suscite toujours d’âpres débats.

Dans cette affaire qui continue de faire grand bruit, le rappeur G-Eazy a décidé de rompre tout lien avec H&M. Une manière de démontrer sa indignation.

Quant à Sean Combs alias Diddy, lui a offert un contrat d’un million de dollars au jeune mannequin qui portait le « sweat-shirt raciste ». Si les parents de l’enfant acceptait cette offre mirobolante, il devrait porter désormais porter la marque de fringues « Sean John ».

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.