Rihanna: la « princesse illuminati » indésirable au Sénégal

rihanna

L’islam est la religion prédominante au Sénégal. Dans ce un pays à dominante musulmane où la laïcité à est soumise à rude épreuve, les valeurs morales occupent une place importante dans la société sénégalaise. Par conséquent, les déviances sociales ne sont pas les bienvenues.

Suite à l’annonce de la visite de Rihanna, programmée le 2 février prochain à Dakar dans le cadre d’un ambitieux projet, 26 organisations sénégalaises religieuses « islamistes » appellent les autorités sénégalaises à interdire la célèbre chanteuse américaine de fouler le territoire.

Dans une déclaration conjointe, ce même collectif d’associations qui a fait capoter une rencontre Francs-maçons prévues pour les 2 et 3 février prochains  à Dakar,  la princesse illuminati Rihanna « persona non grata au Sénégal ».

Lire également: Un congrès des Francs-maçons boycotté au Sénégal au nom d’une interprétation intolérante de l’Islam

 

« Le collectif non à la franc maçonnerie déclare Rihanna persona non grata au Sénégal, et en conséquence invite les autorités compétents du pays à annuler sa visite, porteuse de plusieurs dangers socioculturels », a déclaré Serigne Babacar Mboup, coordonnateur du collectif.

La visite de cette dernière est annoncée dans le cadre d’une conférence pour l’éducation. A en croire, Bamba Ndiaye, un imam, Rihanna est de la Franc-maçonnerie, « elle est une anti-valeurs, elle ne vient que pour pervertir les enfants…. ».

 

Pour Mame Mactar Guèye, l’un des organisateurs de cette rencontre, il s’agit d’inviter l’Etat du Sénégal à prendre ses responsabilités quant à la montée de ces fléaux de déstabilisation sociale et culturelle dans la société. Le membre de l’Ong islamique Jamra, a par pileurs, invité le gouvernement du Sénégal à appeler à l’ordre les ambassadeurs du Canada et des Pays-Bas.

« L’ambassade du Canada a créé le Fonds canadien d’initiative locale et il a fait un mailing en date du 31 octobre 2014, disant qu’elle était disponible à aider les regroupements d’homosexuels qui ont des projets dont ils souhaiteraient le financement », déplore-t-il. Pour ce qui est de l’ambassade des Pays-Bas, Mame Mactar Guèye déplore l’offre de celle-ci de financer les organisations qui accepteraient de porter un plaidoyer devant aboutir à la légalisation de l’homosexualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *