Tikpi Atchadam: « le pouvoir de Lomé est une anomalie qu’il faut corriger »

Tikpi Atchadam

La gouvernance de Faure Gnassingbé fait des mécontents, lesquels l’opposition mobilise depuis plusieurs mois contre le fils de l’ancien président Eyadéma Gnassingbé, décédé le 5 février 2005 après 38 ans de règne sans partage.

Au cœur de la fronde, Tikpi Atchadam, le leader du Parti national panafricain (PNP) qui a pris le maquis depuis les violentes manifestions du 19 août 2017, mais continue de mobiliser à distance ses militants avec pour principal mot d’ordre : écarter la « dynastie Gnassingbé ».

A travers ses discours virulents sans toutefois emprunter des accents révolutionnaires, le tribun envisage la création d’un Sénat au niveau communal, dénonce la « monarchisation » de l’État et exige le retour à la Constitution de 1992 mais aussi l’effectivité du vote de la diaspora togolaise.

A la veille d’une série de manifestions de trois jours (31 janvier et 1 et 3 février 2018) de la coalition des 14 partis politiques, le président du PNP a livré son traditionnel message audio dans lequel il s’est de nouveau attaqué au président togolais Faure Gnassingbé, qui selon ses analyses constituent une plaie béante pour la région ouest-africaine.

« Tout le monde sait en Afrique que le Togo est une anomalie à corriger dans la région ouest-africaine », a-t-il affirmé avant de soutenir que « le pouvoir de Lomé est désorienté », raison pour laquelle « il s’est lancé dans une répression folle des opposants ».

Ce dernier estime que le pouvoir de Faure Gnassingbé « joue les indifférents » mais il est rejeté en Afrique et dans toutes les chancelleries occidentales qui sont unanimes sur le fait que le pourvoir de Lomé est une « anomalie qu’il faut corriger ».

« Face à une autorité élue par les citoyens, la barbarie dont nous avons été victimes depuis le 19 août 2017, n’aurait pas eu lieu sans qu’aucun député de UNIR ne lève à ce jour le petit doigt, ne serait-ce que pour défendre les populations qui l’a élu à l’Assemblée nationale. Les populations de certaines localités ont subi le traitement d’une rare violence », a-t-il dénoncé.

Dans sa déclaration, le juriste a appelé à une mobilisation accrue pour les marches des 31 janvier, 1er et 3 février.

« Soyez plus nombreux, femmes, hommes, jeunes de toutes les catégories socio-professionnelles. Avec l’alternance, c’est tout le monde qui gagne. Nous triompherons assurément, nous arriverons à bon port pour la simple raison qu’au départ, nous avons placé notre navire dans le sens du courant contemporain de l’histoire universelle de l’humanité », a-t-il lancé.

Point n’est plus besoin selon lui, que le pouvoir de Faure Gnassingbé cherche à distraire l’opinion par des « thématiques sans aucune pertinence ». Car, fait-il savoir, le mécontentement, à la hauteur de la prise de conscience, est général.

Tikpi Atchadam, 50 ans, celui qui ne retenait pas vraiment l’attention des observateurs, constitue désormais un casse-tête pour les dirigeants togolais. Même si le camp d’en face lui prête des relents de « djihadisme », des attributs qu’il rejette avec vigueur, il faut reconnaître qu’il mobilise. Et le peuple l’adule. Chacun sait qu’il faudra dorénavant compter avec lui, mêmes ses compères de l’opposition.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *