Elections municipales : les Guinéens élisent de nouveaux maires

Après treize ans d’attente, les Guinéens sont enfin convoqués pour des élections municipales. Ils élisent ce dimanche 4 février plus de 300 maires dans le pays. Les électeurs qui se rendent aux urnes vont choisir leurs futurs maires parmi près de 30000 candidats. Ces derniers appartiennent aux deux grands partis du pays, le RPG du président Alpha Condé et l’UFDG de l’opposition. Chose historique en Guinée, l’on enregistre pour la première fois des candidats indépendants. La Commission électorale les a en effet autorisé à se porter candidats.

La Commission électorale va surtout veiller au respect du nouveau code électoral adopté en juillet 2017. Certains articles du code sont critiqués. Notamment celui portant sur l’abrogation du quota de 30% de femmes qui devait selon l’ancien code figurer sur chaque liste électorale. Des politiques et des organisations de promotion de la femme ont exprimé leur désaccord sur l’abrogation du quota de 30%. Selon eux, à défaut d’avoir la parité sur les listes, cet article va freiner la participation des femmes aux actions politiques. La Cour constitutionnelle a pourtant après l’adoption du nouveau code clarifié la situation. Elle avait expliqué que le quota exigé par l’ancien code était discriminatoire.

Renforcer les collectivités locales

Pour ces élections, la commission électorale a reçu la candidature de près de 7000 femmes. Les candidates représentent près 23% des 30000 candidats. Selon les analystes politiques, ces scrutins sont une occasion pour l’opposition de rééquilibrer le paysage politique en raflant plus de communes que le pouvoir.

Rappelons que les municipales de 2018 mettent fin à une série de reports décidés par le gouvernement. Les dernières municipales ont eu lieu en 2005 alors que Lansana Conté était encore chef de l’Etat. Désormais, l’Etat veut renforcer sa politique de décentralisation et des collectivités locales.

Le pouvoir a expliqué qu’il est important que ces élections permettent à la population de s’exprimer à la base. Les maires qui seront élu devront répondre aux différentes attentes de leurs compatriotes dans les communes. Ces attentes portent essentiellement sur des besoins prioritaires et le développement. Mais déjà, les Guinéens préparent les prochaines élections législatives prévues en septembre prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *