Afrique de l’Ouest: le Niger accueille une conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel

G5 sahel

La capitale du Niger, Niamey, accueille mardi 06 février 2018 la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement du G5 Sahel. De source officielle nigérienne, on apprend que la rencontre sera exclusivement dédiée à la situation d’insécurité dans le Sahel.

Le 16 février 2014, naissait à Nouakchott, en Mauritanie, le G5 Sahel. Derrière ce regroupement, cinq Etats africains dont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. L’ambition des dirigeants des pays membres  est de « garantir les conditions de paix, de sécurité et de développement durable dans l’espace sahélo-saharien ».

Quatre ans après avoir jeté les bases de cette organisation, plusieurs rencontres après, le G5 Sahel a jugé qu’il était maintenant temps de passer à l’opérationnalisation de la force conjointe, la force G5 Sahel. Et c’est de cela qu’il sera question à Niamey demain. A l’issue de la réunion, la présidence tournante de l’institution sera confiée au président nigérien Mahamadou Issoufou.

Pour rappel, le G5 Sahel a été doté d’une Stratégie pour le Développement et la Sécurité (SDS) qui sera mise en œuvre à travers un Programme d’Investissement Prioritaire (PIP), dont la première phase couvre la période 2018-2020.

Des analyses des experts en géostratégie, la vaste zone sahélo-saharienne constitue « une des plus grandes concentrations des menaces sur la paix, la sécurité et le développement », avec notamment la présence de groupes terroristes tels que Boko Haram, dans les pays riverains du lac Tchad, les mouvements djihadistes dans le nord du Mali, ainsi que d’autres trafiquants de drogue dans le sud de la Libye.

Un financement toujours pas bouclé
A ce jour, le financement de la force G5 Sahel n’est pas entièrement assuré. Il est estimé à 400 millions d’euros (environ 300 milliards francs CFA) « à plein exercice » en milieu de cette année 2018, selon Paris.

L’Union uuropéenne a promis 50 millions d’euros, la France 8 millions (surtout en matériels), chacun des cinq pays fondateurs 10 millions, et l’Arabie Saoudite 100 millions. Les Etats-Unis ont promis aux cinq pays membres de la force une aide bilatérale de 60 millions de dollars.

Il convient de souligner que la résolution onusienne adoptée en fin d’année 2017 a été la deuxième de l’Organisation consacrée à la force G5 Sahel. Un premier texte à minima s’était limité à apporter un premier soutien d’ordre politique à cette nouvelle force, créée en réalité à l’initiative de la France.Et pour cause, les américains le voyaient d’un mauvais œil. Le nouveau texte a, selon Paris, rajouté un « petit étage ».

A l’origine du lancement de la force en juin 2017, les Etats-Unis refusaient toute résolution sur le sujet, note-t-on de source diplomatique. La mort récente de militaires américains au Niger aurait fait changer d’avis à Washington.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *