La revalorisation du SMIG: un sujet qui divise au Bénin !

La session extraordinaire  de la commission nationale permanente de concertation et de négociation collective gouvernement – centrales et confédérations syndicales, se poursuivent. Les négociations semblent avancer mais un sujet divise les différentes parties prenantes depuis trois jours. Il s’agit du point de la revalorisation du Salaire minimum interprofessionnel garanti (smig).

Pour l’union nationale du syndicat des travailleurs du Bénin, ce point reste capital et même prioritaire.  Emmanuel Zounon, le secrétaire de l’Unstb, a indiqué au troisième jour de ces assises que le minimum raisonnable pour le SMIG est la somme de 88.586F CFA.

« La somme de quatre vingt- huit-mille cinq cent quatre vingt six francs constitue à notre avis la valeur réelle du smig au Bénin » indique t-il.

 

A en croire le secrétaire Emmanuel Zounon, une somme proposée en dessous de cette valeur ne serait pas raisonnable en raison des multiples réalités des travailleurs Béninois. Cela empêcherait d’ailleurs de donner un rendement assez significatif et une meilleur condition de vie à celui-ci.

Pour vivre donc de manière acceptable, l’Unstb table sur ce montant et se montre intransigeante. Toutefois, le secrétaire général de l’union nationale du syndicat des travailleurs du Bénin reconnait la difficulté d’appliquer ces valeurs et ce montant du smig dans certains secteurs. Notamment le privé et le parapublic. Ceci pourrait être possible si l’état tentait d’accompagner ces deux secteurs.

« Il est évident que compte tenu de la conjoncture économique difficile que traverse notre pays…il serait difficile d’imposer ce taux de Smig aux employeurs privés ou parapublic sans des mesures d’accompagnement de l’Etat. Or, l’Etat lui-même n’a pas la maîtrise des recettes(…)C’est pourquoi le bureau directeur national de l’unstb, après analyse approfondie du contexte économique caractérisé par la cherté de la vie et conscient que toute remède mal adapté conduirait le pays dans un cercle inflationniste, propose que le montant du smig soit porté de 40.000 à 80000 fcfa; soit une augmentation de 100%en attendant une meilleure maîtrise des recettes de l’Etat » a ajouté Emmanuel Zounon.

Les discussions se poursuivent et difficile de savoir si les deux parties pourront s’accorder pour mettre fin à cette grogne sociale au Bénin.

Dans son raisonnement, l’Unstb a réparti la valeur du SMIG comme suit :

Alimentation………………………………….…………………40500 Frs,

Loyer mensuel…………………………….…………………….10000 Frs,

Frais de transport pour se rendre au service…..……….12000 Frs

Habillement du travailleur…………………………………..1175 Frs

Quotidien domestique….……………………………………2290 Frs

Equipement fongible………………………………………..5625 Frs

Protection du travailleur………………………………….…1050 Frs

Loisirs…………………………………………………………2500 Frs

Culture générale……………………………………………….416 Frs

Obligations familiales.……………………………….………3000Frs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *