Autonomie financière du Ghana, une quasi réalité !

Depuis son ascension au pouvoir en janvier 2017, le président ghanéen Nana Akufo Addo multiplie les actions en vue de relever l’économie du pays. Dans un discours face aux parlementaires le jeudi dernier, le président Addo a confirmé que le Ghana ne ferait plus recours à l’assistance du Fonds Monétaire International (FMI).

Plus question de prêt extérieur, s’appuyant sur la rapide croissance que devrait connaitre le pays. Akufo-Addo a réaffirmé son intention de mettre en place des »mesures irréversibles ». Une méthode plutôt similaire à celle de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo qui préconisait le concept de « budget sécurisé », d’après certaines sources.

« Nous sommes déterminés à mettre en place des mesures irréversibles, pour maintenir une stabilité macro-économique. Ainsi, il n’y aura plus aucune raison de s’appuyer sur cette institution internationale. Nous avons payé près de la moitié des arriérés hérités et, surtout, nous sommes à jour de nos obligations à l’endroit des fonds statutaires. … il n’y aura plus aucune raison de s’appuyer sur cette institution internationale », a indiqué le président ghanéen.

« Pour la première fois depuis un long moment, notre économie est solide et tous les indices cruciaux sont au vert », a renchéri le chef d’Etat. En d’autres termes, le Ghana serait autosuffisant financièrement.

Il faut rappeler qu’avant Akufo-Addo, l’ex-président John Mahama avait dû se tourner vers le FMI pour un emprunt de 918 millions de dollars, dont le remboursement devrait être achevé cette année. Une situation qui aurait agit sur l’économie négativement augmentant ainsi le taux de chômage.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.