FOADDIP: le volte-face de Germain Méba qui surprend les Togolais

17 Vues, 3 Aujourdhui

Dans un point de presse qu’il a animé hier, Germain Méba, le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT) s’est désolidarisé avec de la Fédération des Organisations Associatives pour le Développement Durable qui Intègre le Peuple (FOADDIP).

Par cette démarche, le président de la CCIT tient à informer le public qu’il rejetait toute collaboration entre la FOADDIP, une entité de l’ESMC (Entreprise Sociale de Marché Commun) regroupant un ensemble d’utilisateurs de support marchand du progiciel MCNP (Marché de crédit en nature pérenne).

Au cours du point de presse, M. Méba a évoqué les raisons qui ont motivé une telle prise de position. Il estime « qu’en l’absence d’éléments concrets et satisfaisants pouvant permettre la compréhension du contenu de la plateforme de l’ESMC », ne pas être en mesure de « répondre favorablement » à la demande de partenariat qui lui a été adressée par les promoteurs de cette entité.

Le PDG de la société CIB INTA est encore allé plus loin. Il considère comme « caduques » toutes actions, suggestions et propositions que sa structure aurait eues à engager dans le cadre de la concrétisation du partenariat sollicité par l’ESMC.

Il apparaît que Germain Méba est dans une démarche de volt-face. Ce dernier avait pourtant été porté à la tête de la FOADDIP le 30 janvier dernier seulement. La Fédération avait tenu une convention nationale à Lomé ou plus de 3000 délégués venus de presque tous les coins du Togo avaient procédé à l’élection des bureaux cantonaux, régionaux ainsi qu’à l’installation d’un bureau national composé de 13 membres.

Et c’est le même Germain Méba qui avait été désigné pour présider le bureau national en question.Ce bureau a eu pour mission « d’aider le gouvernement » à atteindre les Objectifs du Développement Durable (ODD).

D’après les informations, le volt-face du Président de la CCIT s’explique par une enquête qui porte un nom : ReDéMaRe . On soupçonne en effet Essohamlon Sama, dont les activités déplaisent fortement aux autorités togolaises d’être le promoteur de l’ESMC. Chose qui a surement dû « effrayer » la CCIT.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *