Bénin: les FCBE de Yayi Boni virent en parti politique

C’est à Parakou au nord du Bénin que les membres des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) se sont retrouvés pour organiser le deuxième congrès ordinaire de ce regroupement politique. Le congrès intervient après une tournée nationale de mobilisation effectuée par les leaders du parti dans les communes du pays.

A Parakou, les membres des Forces Cauris pour un Bénin Emergent ont été accueillis par une foule de militants venus exprimer leur soutien. Au cours des travaux, les participants ont décidé de transformer les FCBE en un parti politique. L’ancien ministre de la Justice, Valentin Djènontin, a été élu secrétaire exécutif national.

D’autres poids lourds de l’ancien regroupement sont également élus dans l’équipe dirigeante du parti. Ce deuxième congrès a vu la présence de Yayi Boni. « Ces assises aujourd’hui sont plus importantes, pour moi et pour vous. Je voudrais demander à nos amis, restons ensemble, parce que quand on est ensemble, on est plus fort. Fcbe va devenir une famille véritablement politique. Elle doit continuer le combat auprès des autres forces républicaines pour une véritable transformation radicale, sociale, économique, politique et de solidarité pour notre pays », a affirmé l’ancien chef de l’Etat qui a par la suite été élu président d’honneur du parti.

Cap sur les législatives de 2019

« Ne crée pas de parti politique qui veut. Un parti politique doit couvrir toute l’étendue du territoire national. Nous devons éviter le régionalisme et le tribalisme. J’ai cru comprendre que nous sommes dans cette logique », a ajouté celui qui a dirigé le Bénin pendant dix ans. Pour les participants il était nécessaire de transformer le regroupement en parti politique d’opposition pour faire face à de futures échéances électorales.

Les FCBE entendent se réorganiser depuis leur défaite à la présidentielle en 2016. Les législatives de 2019 devraient, selon certaines analyses, redistribuer les cartes sur l’échiquier politique béninois. Une bonne partie des Béninois continuent en effet de décrier les politiques de réformes engagées par Patrice Talon. Les prochaines législatives seront donc un test pour l’actuel chef de l’Etat. « Le peuple peut décider d’accorder une majorité à Patrice Talon ou on peut s’attendre à une sanction », considère un politologue.

D’ores et déjà, beaucoup estiment que le regroupement créé en 2007 pour soutenir les actions politiques de Boni Yayi président peut devenir une véritable force politique en face de Patrice Talon. Yayi Boni a également rappelé qu’il faut de grandes réformes pour que le Bénin puisse véritablement connaître sa marche démocratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *