Marches de l’opposition: des hommes cagoulés sèment la terreur à Lomé

MilicesA la veille des deux jours de manifestations de l’opposition togolaise dénommées « marches de la résistance », le quotidien Liberté avaient fait savoir dans ses colonnes que des dizaines de milices avaient été recrutés pour semer la terreur à Lomé mais aussi dans les autres villes du Togo, en marge des manifestations.

Ces jeunes qui devraient percevoir la somme de 80 000 F CFA chacun, avaient pour mission d’empêcher le regroupement des manifestants, au pire des cas, les attaquer.

En effet, aux premières heures de ce mercredi 18 octobre, premier jour de manifs de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, un tour dans les artères de la capitale nous a permis de d’apercevoir des hommes en cagoule à bord des véhicules de marque Toyata de couleur blanche et sans plaques d’immatriculation.

Curieusement, il est à noter que les véhicules bondés de ces « milices » armés d’armes blanches font la ronde sur les avenues, et des recoins de Lomé, sous l’œil bienveillant des forces de l’ordre.

Une situation de terreur qui sème de la psychose au sein de la population. Face à la situation de tension, marquée par des heurts entre manifestants et forces de l’ordre notamment à Bè, à Sagbado, à Adidogomé, Atikoumé, etc, des observateurs de la scène politique togolaise dénoncent un « état de terreur » et une situation quasi insurrectionnelle au Togo.

Interpellé mercredi sur la question, sur une radio privée de la capitale, le ministre de la Sécurité et de la protection civile, Yark Damehane a laissé entendre qu’il a bel et bien eu vent de l’information mais dit ignorer la provenance de ces jeunes cagoulés.

« Je viens de traverser Atikoumé. C’est vrai, quelqu’un vient de m’envoyer un message me disant qu’il a vu des gens cagoulés armés de bâton. On ne doit pas arriver jusque-là. Je vais faire vérifier et si c’est avéré, on va voir la provenance de ces jeunes », a-t-il déclaré.

Sacré Togo !

 

Réagissez sur: africatopforum.fr