Criminalité en hausse en Ouganda: Museveni envisage le retour de la peine de mort

Vivement contesté pour son toilettage de la constitution, le président Ougandais est de nouveau au cœur des polémiques. Face à une criminalité de plus en plus grandissante, Yoweri Museveni, a déclaré la possibilité d’un retour de la peine de mort, en Ouganda.

Des rapports démontraient que près de 20 femmes ont été assassinées en quatre mois à Kampala, la capitale du pays, d’après certaines sources.

Toujours opposé à la peine de mort, le président dénonce le laisser-aller à la criminalité qui fait rage dans le pays. Un retour à la peine capitale refrénerait surement les criminels, bien que 278 personnes attendent encore dans le couloir de la mort à l’heure actuelle.

« Nous devrions arrêter ces gens. Ils ont tué des personnes, ils ont besoin d’une leçon. Nous avons été trop laxistes. Je pense que je vais revoir ma position et en pendre certains. Je me suis toujours opposé à la peine de mort à cause de mon origine chrétienne, mais être indulgent fait penser aux gens qu’ils peuvent commettre des crimes et s’en tirer », a affirmé le président.

La réaction des défenseurs des droits de l’homme ne s’est pas fait attendre. Pour Livingstone Ssewanyana, directeur exécutif de la Fondation pour les droits de l’homme en Ouganda, au Washington Post, « exécuter des prisonniers ne mettra pas fin au crime ».

« La police n’a pas la capacité de mener des enquêtes approfondies sur les crimes, raison pour laquelle on trouve des défaillances graves dans les systèmes », ajouta-il.

Pour l’heure, la décision du retour de la peine de mort en Ouganda n’est pas encore chose effective.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.