Esclavage en Libye : « ce reportage n’est pas fiable », selon le ministre libyen des Affaires étrangères

 

Le reportage exclusif de la journaliste de CNN, Nima Elbagir, qui a permis de révéler au grand jour le trafic des migrants noirs en Libye est remis en cause par les autorités Libyennes.

Alors qu’un Comité de haut niveau de l’UA présidé le président congolais, Denis Sassou Nguesso est train de plancher sur le dossier, le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohamed Taher Siala conteste vertement la fiabilité de ce reportage qui a suscité une avalanche de réactions à travers le monde.

Dans un entretien accordé à JeuneAfrique en marge du 30 e sommet des chefs d’État et de gouvernement qui s’est achevé le 29 janvier à Addis-Abeba, le chef de la diplomatie de la Libye a indiqué qu’ « une enquête judiciaire » est en cours  » pour identifier les criminels et les punir ».

Toute fois, « ce reportage n’est pas fiable » selon lui,  » tant que les actes qui y figurent n’ont pas encore été authentifiés. Il faut attendre l’enquête de la justice libyenne pour en juger. », a-t-il estimé avant d’aviser :  » si jamais ces crimes se confirment, leurs auteurs seront sanctionnés. ».

Loin de faire l’apologie de cet acte inhumain qu’est l’esclavage , le ministre Taher Siala affirme qu’il s’agit bel et bien d’ « un crime » en Libye, pays où l’islam est considéré comme une religion d’Etat, du moins avant les troubles socio-politiques.

« Dans nos lois, l’esclavage est un crime. Il ne fait partie ni de notre religion musulmane, ni de notre culture. Par conséquent, il n’existe pas d’esclaves en Libye, », a-t-il rassuré tout en relativisant  qu’il peut s’agir : » des mafias qui exploitent la détresse de ces migrants pour les revendre à d’autres mafias, mais les libyens ne sont pas des esclavagistes. »

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.