Le Nigéria célèbre l’intégrité de ses fonctionnaires à travers « Integrity Idol »

Emboîtant le pas à certains pays dans la lutte contre la corruption, le Nigéria accueille “Integrity Idol”, une téléréalité pour désigner le bon fonctionnaire du pays en matière d’intégrité. L’évènement est déjà organisé dans plusieurs pays du continent comme le Liberia, l’Afrique du Sud, le Mali entre autres.

Pour cette première édition au Nigéria, la finale s’est déroulée le 31 janvier dernier. Beaucoup se sont inscrits mais seulement cinq finalistes ont été retenus.

“Les gens nommaient leur tante parce qu’elle leur donnait de l’argent. D’autres pensaient qu’ils pouvaient se qualifier juste parce qu’ils venaient travailler à temps”, explique Odeh Friday, qui dirige la campagne. Au rang des finalistes figurent quatre femmes et un homme désignés par le jury.

Il s’agit de  Magdalene Igbolo (professeure de sociologie à l’Université d’Abuja), Justina Ogumelen (chef du département média du plan de développement durable appartenant au programme FCT), Yemi Kale (statisticien au bureau national des statistiques du Nigeria), Tubokenimi Ahule David (physiothérapeute au centre médical d’Abuja), Nuzo Eziechi (employée aux ressources humaines du bureau des entreprises publiques nigérianes).

Le nom du finaliste désigné par les téléspectateurs n’est pas encore révélé.

Pour les organisateurs d’après RFI, « Integrity Idol » doit surtout servir à faire évoluer le débat sur la corruption. Il s’agit moins de critiquer les puissants qui auraient fauté mais de féliciter les fonctionnaires qui auraient résisté aux bakchichs.

A l’heure où la question de la corruption fait débat, même au cours du dernier sommet de l’UA, l’initiative est très bien appréciée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *