RDC/La famille d’Etienne Tshisekedi accuse le gouvernement de faire du dilatoire !

Décidément, un grand homme qui meurt ne saurait se faire enterrer si silencieusement  comme certains l’auraient pensé. Cela fait un an que le monde apprenait avec  frisson le décès de l’opposant historique, Etienne Tshisekedi. Depuis tout ce temps, une polémique s’enfle sans cesse autour du rapatriement de son corps.

Dans ce cas d’espèces, la famille de l’opposant rejette la faute sur le Pouvoir de Kinshasa en  dénonçant une  mauvaise foi. Jeu de ping- pong, le gouvernement s’en lave les mains.

Selon certaines indiscrétions, en  août 2017, un accord aurait été trouvé entre le gouvernement, la famille de même que  la formation politique d’Etienne Tshisekedi, l’UDPS. Les autorités devraient dans ce cas, s’engager à organiser le rapatriement de la dépouille de l’opposant. Mais jusque là, peine perdue.

Monseigneur Gérard Milumba, le frère cadet d’Étienne Tshisekedi, a confié à la DW : « Nous avons choisi un lieu en-dehors de la ville de Kinshasa, du côté du cimetière. Nous sommes arrivés à un accord qui n’a été nulle part écrit. Les réunions se tenaient dans le cabinet du ministre de l’Intérieur. Il n’a plus convoqué les réunions et depuis lors, c’est le blocage. C’est le gouvernement qui bloque. Pour nous, ils ont peur des troubles et que leur régime soit menacé ».

Pour lui, il n’y a point de raison de s’inquiéter car, espère-t-il, « les autorités finiront par se décider à rapatrier le corps d’Etienne Tshisekedi et à organiser les funérailles qu’il mérite ».

Affaire familiale

Quoi qu’on dise, le gouvernement réitère qu’il s’agit d’une affaire familiale.  C’est ce que laisse entrevoir les propos du ministre de la Communication et des médias également porte-parole du gouvernement, Lamber Mendé Omalanga.

« Le gouvernement voulait rendre honneur à un ancien Premier ministre. Le gouvernement ne va pas aller prendre le corps de quelqu’un de force à sa famille pour lui rendre des honneurs. Le jour où sa famille décidera de le rapatrier, le gouvernement lui rendra les honneurs dus à un ancien Premier ministre, point barre. Il faut qu’on nous laisse tranquille. Le pays a d’autres priorités. Ce n’est pas une affaire d’Etat. C’est une affaire de la famille », a-t-il lancé sous un air visiblement irrité par le dossier.

Pour l’instant, les deux parties semblent ne pas être prêtes à faire revenir en douce le corps d’un compatriote qui mérite mieux que cela.

 

 

 

 

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.