Elan pour l’Afrique

Pendant trop longtemps, les Africains ont tourné leur regard ailleurs, pour prendre une décision, un engagement.
N’est-t- il pas l’heure de faire cesser ce tropisme ? N’est-il pas temps pour les africains de se tourner vers l’Afrique ?
De considérer ses richesses culturelles, son potentiel humain ? L’Afrique peut être fière de ses ressources, de son
patrimoine culturel, de ses valeurs spirituelles porteuses de développements.
Beaucoup de pays du continent africain sont aujourd’hui dirigés par une nouvelle génération de leaders
décomplexés. Ils œuvrent en faveur de la stabilité, de l’ouverture politique, du développement économique et du
progrès social de leurs populations. Ils agissent avec détermination, fermeté et conviction, sans se soucier d’être
« notés » ou évalués par l’occident. L’Afrique mérite de sortir de ces anciennes relations post colonialistes pour
s’imposer dans un relationnel ou les responsabilités comme les dépendances sont réciproques créant ainsi une
véritable synergie. Car nous devons faire face à des problématiques communes et c’est bien ensemble que nous
pourrons les résoudre.
En tant que président de l’UDELF (parti politique français), je tiens à souligner toute l’importance des liens entre
l’Europe et l’Afrique. Il ne s’agit pas uniquement de liens économiques. Nos économies sont liées certes, nous
partageons la compétitivité, il existe de nombreux cas de colocalisation d’entreprises. Il y a aussi les questions de la
paix et de la sécurité et aussi celle de la mobilité des populations qui doit être régulée et ce en Afrique comme en
Europe. Il faut soutenir l’Afrique dans ses efforts d’investissement dans la jeunesse. Il s’agit là d’une priorité pour
l’Afrique comme pour l’UE. En Afrique, on a beaucoup essayé, tout a peu marché, il n’y a pas de potion magique.
Seulement tous les spécialistes sont aujourd’hui d’accord sur le fait que la clé du développement en Afrique, est
l’éducation et la qualification des hommes. En effet, tous les états qui n’ont pas fait de l’éducation leur priorité ont
vu leur population s’appauvrir. La pauvreté, est d’abord une privatisation de capacité, pas seulement une faiblesse
de revenus.
Et l’Afrique est en passe d’affirmer tout son potentiel, soutenons la avec des propositions concrètes pour l’éducation
de ses jeunes afin de créer des investissements responsables et durables.

Ahmed Lahkim
Président du parti politique français Union Démocratique pour la Liberté, Egalité, Fraternité (UDLEF)
Candidat aux élections européennes de 2019

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.