La Zambie lance un « black-out » total sur l’importation des poupées sexuelles

Elles ont été au centre de l’attention de tous les internautes notamment africains, dès le début de l’année 2018. Ces fameuses poupées sexuelles, briseuses de foyer ne sont pas les bienvenues en Zambie. La vente ou l’importation de ces robots sexuels sont interdits sur le territoire zambien. Les autorités du pays sont formelles sur la question.

« La possession de matériel obscène dans ce pays est une infraction. Lisez l’article 177 de la Loi sur l’importation du Code pénal qui criminalise la participation à une telle entreprise », a expliqué hier, la porte-parole de la police, Esther Katongo, citée par Africanews. Une décision saluée par beaucoup de personnes.

Pays conservateur, la Zambie reste stricte sur les questions de valeurs morales. Les autorités estiment que ces poupées pervertissent les mœurs autant que l’homosexualité.

Même si les inventeurs ont évoqué plusieurs avantages qu’apportent ces poupées entres autres, le fait de limiter les infidélités, les IST et de remplacer valablement les prostituées, les autorités déclarent la guerre à ces objets sexuels, d’où une tolérance zéro.

La supposée vente des poupées sexuelles à suscité déjà une vaste indignation au sein de l’opinion africaine en janvier dernier.
La question que beaucoup d’internautes se posent est de savoir quel pays emboîtera le pas à la Zambie dans l’interdiction de l’importation de ces fameuses poupées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *