Buhari, dans la logique d’un « Nigéria qui produit ce qu’il consomme »

Pour stimuler la production locale et garantir plus de mécénat aux industries locales au Nigeria, un décret de ce lundi 5 février signé par le président Muhammadu Buhari « interdit au ministère de l’Intérieur d’accorder des visas aux travailleurs étrangers dont les compétences sont facilement disponibles au Nigeria ».

Mais ce n’est pas une interdiction générale. L’ordre exécutif stipule que les étrangers seront considérés pour des emplois « où il est certifié par l’autorité compétente que cette expertise n’est pas disponible au Nigeria. »

Le même décret demande aux départements gouvernementaux de « donner la préférence aux entreprises nigérianes dans l’attribution de contrats. »

Dans un post sur Twitter, le président Buhari a déclaré que ces décisions étaient en ligne avec sa vision d’un «Nigéria qui produit ce qu’il consomme».  Le Chef de l’Etat nigérian espère également que l’ordre donnera la priorité aux entreprises locales dans la planification, la conception et l’exécution de projets liés à la science, à la technologie et à l’ingénierie.

Une mesure bénéfique pour les entreprises locales qui se traduira par plus de création d’emplois, important  pour la plus grande population d’Afrique qui connait un taux de chômage aussi élevé.

Protectionnisme

La restriction sur l’embauche des étrangers dans des conditions où l’Union Africaine et la CEDEAO promeuvent plus d’ouverture des pays peut être mal perçue. De même, ces décisions pourraient être considérées comme étant en conflit avec la récente décision du gouvernement d’adopter des politiques de visas plus ouvertes.

L’année dernière, dans le cadre des réformes entreprises, le gouvernement avait assoupli les règles en matière de visas et ouvert des bureaux d’immigration supplémentaires pour faciliter l’obtention de permis de séjour.

Avec des élections à venir l’année prochaine, l’administration de Buhari pourrait aussi parier que le fait de restreindre le nombre de travailleurs étrangers attirera les électeurs dans un pays comptant des millions de chômeurs.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que le président Buhari a poussé les opinions nationalistes au pouvoir. Il s’est déjà élevé contre les Nigérians qui importent des produits étrangers « de luxe ».

En 2016, de hauts fonctionnaires du gouvernement, dont le président du sénat, avaient soutenu une campagne sur médias sociaux intitulée « acheter Naija pour faire pousser le naira. » La raison, selon eux, était simple. Si les Nigérians dépensaient leur argent en achetant des produits locaux plutôt que des produits étrangers, l’économie et la monnaie troublée en profiteraient davantage.

Réagissez sur: http://africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *