Togo: l’ESMC mise à rude épreuve

L’offre de partenariat de l’Entreprise Sociale de Marché Commun (ESMC), déclinée in extremis par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT), laisse perplexe plus d’un.

Alors que nombre de Togolais s’inquiétaient déjà du fait que c’est l’ancien REDEMARRE (même innocenté) qui revient avec un autre un nom,  la CCIT met en cause la crédibilité de cette entreprise.

Pour mener à bien son projet, l’ESMC avait en effet fait appel aux organisations associatives togolaises, dont la CCIT pour la création de la Fédération des Organisations Associatives pour le Développement Durable qui Intègre le Peuple (FOADDIP). Une faîtière nationale que le président de la CCIT, Germain Meba, avait pourtant accepté présider avant de se désolidariser; évoquant « l’absence d’éléments concrets et satisfaisants pouvant permettre la compréhension du contenu de la plateforme de l’ESMC ».

A en croire Germain Meba, la CCIT considère comme caduques toutes actions, suggestions et propositions que la CCIT aurait eues à engager dans le cadre de la concrétisation du partenariat sollicité par l’ESMC.

« Au  cours des  discussions, des conditions avaient été posées par la CCIT, avant toute prise de décision quant à sa participation en tant que membre de la Fédération des Organisations Associatives pour le Développement Durable qui Intègre  le  Peuple  (FOADDIP) (une institution affiliée à l’ESMC) …Récemment quelques informations complémentaires nous sont parvenues, mais elles sont, hélas, insuffisantes et ne satisfont pas les conditions que nous avions préalablement  posées … Tout ce que le gérant de l’ESMC nous a fourni c’est une information selon laquelle REDEMARRE a été blanchi et un  rapport    d’une  réunion  que l’ESMC a eue avec la BCEAO… La CCIT ne saurait s’associer à des démarches qui ne sont pas crédibles  », a-t-il justifié avant de préciser qu’ « il y aurait un certain  flou autour des activités qu’exerce l’ESMC au Togo ».

La réaction des responsables de l’ESMC est vivement attendue pour situer l’opinion.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *