Afrique du Sud: l’ANC presse Jacob Zuma de quitter le pouvoir

36 total views, 2 views today

Ces derniers jours sont de plus en plus mouvementés pour Jacob Zuma. Au-delà de l’opposition qui le met à rude épreuve, c’est l’ANC qui vient s’ajouter à la liste. Le parti au pouvoir demande au président sud-africain de démissionner et attend sa réponse d’ici mercredi.

Depuis des années, Jacob Zuma résiste sans faille à l’opposition, à la justice et à la mobilisation populaire. Mais cette fois, son parti, le Congrès national africain (ANC) a décidé de le « révoquer ». Le parti au pouvoir estime vouloir engager « les procédures parlementaires nécessaires qui découlent des cette décision » selon le secrétaire général de l’ANC, Ace Magashule au cours d’une conférence de presse à Johannesburg.

La décision a été prise par les 86 membres du Comité exécutif de l’ANC qui s’étaient réunis lundi. Une décision que le président Jacob Zuma a « accepté sur le principe de démissionner, mais en proposant un délai de trois à six mois » a en croire le secrétaire général qui a ajouté qu’ils attendaient une réponse, dès mercredi.

Si le Président refuse de se plier à la décision de son parti, le comité exécutif de l’ANC peut saisir le Parlement afin de lancer une procédure de destitution. Une option pour l’instant écartée par le secrétaire général du parti.

Selon les statuts du parti, l’ANC a le pouvoir de « révoquer » ses membres délégués à une fonction gouvernementale. Jacob Zuma ne sera pas le premier président à subir les effets de cette loi. En 2008 Thabo Mbeki a été poussé à la sortie par  le comité exécutif de l’ANC.

Zuma n’est pas obligé d’accepter cette décision mais dans ce cas, il devrait faire face à une éventuelle motion de défiance que l’ANC pourrait introduire à l’Assemblée nationale. Un texte qui selon les règles, peut être adopté à la majorité absolue et obliger Jacob Zuma à démissionner.

Cité dans plusieurs scandales de corruption, Jacob Zuma  ne fait plus l’unanimité. Et des observateurs conseillent une sortie par la grande porte qu’une procédure à l’assemblée. La mise à l’écart de l’actuel président pourrait être aussi la solution pour sauver l’image de l’ANC à quelques mois des élections générales de 2019.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.