Ethiopie: les conditions de libération des détenus politiques inquiètent

45 total views, 1 views today

En Ethiopie, près de 6 000 prisonniers politiques et journalistes ont été relaxés, selon les informations de Reuters, suite à une annonce des autorités le mois dernier qu’elles libéreraient des prisonniers politiques et fermerait un centre de détention controversé.

Parmi les détenus libérés, Merera Gudina, président de l’opposition oromo Congrès fédéraliste, de même que les journalistes Darsema Sori et Khalid Mohammed, qui étaient tous deux détenus sur des accusations dirigées contre l’État. Le bureau du procureur général a déclaré qu’il gracierait également 746 autres personnes, dont le journaliste Eskinder Nega et l’opposant politique Andualem Arage.

A cette annonce, beaucoup d’organisme de défense des droits de l’homme et de la société civile ont salué l’initiative comme un signe prometteur que la nation de la Corne de l’Afrique se dirigeait vers une véritable démocratie.

Pourtant, des détails troublants continuent d’émerger sur les conditions dans lesquelles certains de ces détenus sont libérés.

Le 9 février dernier, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a déclaré que le journaliste Eskinder Nega avait été invité à signer une « fausse confession », indiquant qu’il était membre de Ginbot 7, une organisation que le gouvernement considère comme un groupe terroriste. Après avoir refusé, il a été renvoyé dans sa cellule. Ce dernier aurait été invité une seconde fois à signer le même formulaire pendant le week-end écoulé.

De même, l’opposant Arage et le chef de l’opposition, Abebe Kesto, auraient également été invités à signer ledit formulaire. Tous deux ont refusé d’approuver les accusations portées contre eux, selon les témoignages des membres de leur famille.

Selon certains observateurs, la directive de signer des lettres de pardon met en péril les mesures prises pour calmer les tensions persistantes.

Angela Quintal, directrice du programme Afrique pour le CPJ, a déclaré que le gouvernement semble toujours essayer de justifier la détention et les poursuites illégales du journaliste Eskinder. « C’est comme si le gouvernement croyait que la signature d’un document disant qu’il était un membre va disculper son comportement en emprisonnant un homme innocent », a-t-elle confié.

Pour ceux qui ont été graciés, les autorités ont déclaré qu’ils ne seraient libérés qu’après avoir suivi une «formation en réadaptation». Ce programme a été critiqué par le passé, les camps ayant déclaré que l’accusé avait des conditions semblables à celles des Roots, la saga américaine sur l’esclavage.

Jeffrey Smith, directeur exécutif de Vanguard Africa, organisation non gouvernementale à but non lucratif, affirme que ces actions contre les prisonniers « ne feront qu’exacerber les fissures sociales et politiques de plus en plus évidentes dans le pays ».

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.