Nana Akufo Addo: « je ne suis pas Togolais et donc je ne peux pas prendre position dans cette affaire »

Il a été la « guest star » lors de l’ouverture du dialogue inter-togolais qui a démarré ce lundi 19 août 2018 à Lomé. Lui, c’est Nana Akufo Addo, président de la République ghanéenne et facilitateur désigné par ses pairs de la CEDEAO pour trouver une issue à la crise togolaise.

C’est lui qui a eu la lourde responsabilité d’ouvrir les travaux dudit dialogue. Et dans son allocution, il est revenu sur la nécessité pour les protagonistes de prendre en compte l’intérêt général du peuple togolais. Son plus ardant désir est de voir à la fin des travaux, le Togo grandir vers un Etat de droit.

Le Président Ghanéen a d’entrée, souligné qu’il n’est pas arrivé à Lomé pour prendre fait et cause pour un camp mais pour essayer d’amener les protagonistes à trouver des solutions idoines pour une rapide sortie de crise.

« …Je ne suis pas Togolais et donc je ne peux pas prendre position dans cette affaire. Je peux seulement assister, apporter mon effort dans la recherche d’une solution durable pour votre pays » a-t-il insisté dans son discours d’ouverture du dialogue.

Pour le président du Ghana Nana Akufo Addo, il est présent pour un but précis. « Je suis ici parce que je suis un ami, un frère, je suis ghanéen. Ça veut dire qu’on est impliqué dans les affaires de votre pays comme vous vous êtes impliqués dans les affaires du Ghana », a-t-il renchéri. Cette fois en français.

Nana Akufo Addo, a tout de même montré une fermeté dans son allocution. « Nous sommes venus ici pour assister à un dialogue qui va prendre en compte le peuple togolais et ses intérêts ; pour aboutir à un Etat démocratique, un Etat de droit, un Etat ouvert qui permette au peuple de s’exprimer librement et de choisir leur dirigeants d’une manière transparente et libre. C’est ça le défi de notre génération en Afrique et c’est important que nous les dirigeants arrivaient à résoudre les problèmes de nos Etats nous-mêmes parce que c’est ça qui va permettre le progrès et le bien être de nos populations », a-t-il souhaité

Pour rappel, le dialogue se déroule sous la médiation du Ghana depuis le début de la crise. Le Président Ghanéen était arrivé au Togo à la veille du dialogue et a eu des entretiens avec le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, qui a été le grand absent lors de la cérémonie d’ouverture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *