Togo: le microcrédit togolais en nette progression

Le microcrédit togolais se porte bien. C’est ce que révèle un rapport de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Le document publié vendredi dernier, renseigne sur la situation du secteur de la micro-finance dans les huit pays de l’espace UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africain) au 30 septembre 2017.

De cette publication, on apprend qu’à cette date, au Togo, l’encours des dépôts collectés auprès des agents, essentiellement les ménages, a progressé de 8,1% par rapport à la même date une année auparavant. Et ce n’est pas tout !

On note aussi que le microcrédit togolais est sur une bonne dynamique. Avec un volume se situant entre 150 milliards FCFA et 200 milliards F CFA. Le montant moyen des dépôts par membre s’est établi à 88 686 F CFA à fin mars 2017 contre 87 065 F CFA un an plus tôt.

Ces chiffres, d’après la Banque sous régionale, reflète les signaux d’une amélioration de l’inclusion financière de la population. S’agissant de l’encours des crédits octroyés par les systèmes financiers décentralisés (SFD), le portefeuille s’est élargi de 7,4%.

Si le rapport peut donner à s’enorgueillir, l’établissement international relève toutefois quelques manquements. Ainsi, pour la BCEAO, il reste encore un travail d’assainissement à fournir. Elle indique que sur les 7 institutions en difficulté dans l’Union monétaire, 3 sont togolaises au terme du troisième trimestre de 2017.

Pour information, fin septembre 2017, le montant des dépôts collectés dans l’ensemble des pays de l’UEMOA s’est établi à 1224,5 milliards de FCFA contre 1061,7 milliards de F CFA en septembre 2016, soit une augmentation de 15,3%. L’encours des crédits des SFD de l’Union, quant à lui, a connu une progression de 17,9% par rapport à son niveau à fin septembre de l’année précédente, pour ressortir à 1220,1 milliards de F CFA. Le nombre de bénéficiaires des services financiers offerts par les institutions de microfinance, a augmenté de plus d’un million pour s’établir à environ 14,13 millions.

Cet embelli de la microfinance a été constaté dans l’ensemble des huit états membres de l’UEMOA. Il s’élevait notamment à 85,5% en Guinée-Bissau et 38,2% en Côte d’Ivoire.

Pendant que le Burkina Faso affichait 18,6%, 18,0% au Sénégal, 14,6% au Mali, 4,8% au Niger et 3,8% au Bénin.Les plus fortes croissances de montants des dépôts collectés ont été observées en Guinée-Bissau (+55,0%), en Côte d’Ivoire (+26,5%) et au Niger (+17,5%). Ainsi qu’au Sénégal (+17,3%) et au Burkina (+13,5%).

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.