Dialogue politique au Togo: ce qu’il faut retenir de la première journée de discussion

Les échanges tant attendus du 27e dialogue politique au Togo ont démarré ce 19 février à Lomé sous la facilitation du président Ghanéen Nana Akuffo Addo.

Les discussions ont donc touché presque tous les points exigés par le groupe des 14 lors des travaux préparatoires qui ont eu lieu la semaine dernière.

Lors du point de presse final tenu dans la nuit, on retiendra de cette première journée de travail que les deux partis se  sont mis d’accord sur un certain nombre de points. Entre autres, le groupe de l’opposition augmentera en nombre, pour se faire représenter par 14 personnes. Cependant, le gouvernement également est autorisé  à participer au dialogue.

Mesures d’apaisement

Les mesures d’apaisement auxquelles tient beaucoup le bloc de l’opposition ont été au cœur des discussions du jour, comme convenu lors des travaux préparatoires.

A cet effet, les deux parties se sont accordées sur la libération de nombre de prisonniers politiques, arrêtés dans le cadre des manifestations politiques. Selon le communiqué de fin de séance, 45 des prisonniers politiques sont libérés ce19 Février par grâce présidentielle.

En ce qui concerne les détenus dans le cadre des incendies des marchés de Lomé et de Kara,  7 cas seront envoyés devant le juge mercredi pour évaluer leurs dossiers et leur accorder (éventuellement) une liberté provisoire. Les autres dossiers feront objet d’une étude cas par cas.

Il faut noter que le président Ghanéen a usé de son leadership dans la discussion portant sur ces mesures d’apaisement.

Suspensions

Autre point notable de cette journée de travail, la suspension provisoire des travaux sur souhait du groupe de l’opposition. En effet, l’opposition a demandé à observer une pause afin de permettre la libération de tous les détenus avant le jeudi 22 Février 2018. Cette période sabbatique permettra également aux deux cans de réfléchir sur les points abordés lors de cette première journée.

Les deux parties se reverront donc le vendredi 23 Février 2018 à 14h pour poursuivre les travaux, à condition que le gouvernement tienne à cette promesse de libération des détenus. Et ce, toujours sous la facilitation du leader Ghanéen Nana AKUFFO ADDO.

De même, toutes les manifestations politiques, tant du groupe des 14 que du parti au pouvoir, sont suspendues pendant le dialogue

Parallèlement, la coalition des 14 partis d’opposition a demandé la suspension des manœuvres de préparation des élections locales et des législatives futures.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.