Nigeria: le pape François se plie à la décision des prêtres

Alors qu’il s’était depuis engagé dans une sorte de bras de fer avec les prêtres au Nigeria, le pape François a désormais revu sa position pour se conformer à la décision des hommes de Dieu Nigérians.

Le Pape François a reculé lundi et a accepté la démission de l’évêque nigérian qui avait été rejeté pendant des années par les prêtres de son diocèse, établissant un précédent qui pourrait avoir des répercussions au Chili et ailleurs lorsque l’autorité papale est contestée.

En effet, dans une courte note le 19 février, le Vatican a déclaré que le pape avait accepté la démission de Mgr Peter Okpaleke, chef du diocèse nigérian du sud d’Ahiara, et a confié à l’évêque voisin d’Umuahia, Lucius Ugorji, la charge d’administrateur apostolique.

Le bureau de la mission du Vatican a déclaré lundi que le pape a pris en compte la « repentance » des prêtres en décidant de ne pas les sanctionner pour « les graves dommages » qu’ils avaient infligés à l’église en rejetant l’évêque. Mais le Vatican a déclaré qu’il espère « qu’à l’avenir ils ne répèteront plus jamais de telles actions déraisonnables s’opposant à un évêque légitimement nommé par le Souverain Pontife ».

L’annonce a été faite après qu’en juin 2017, le pape a lancé un ultimatum aux prêtres du diocèse d’Ahiara, avertissant qu’ils perdraient leur emploi s’ils ne lui obéissaient pas pour accepter Monseigneur Peter Okpaleke comme évêque. Dans une lettre du 9 juin adressée aux prêtres de ce diocèse, le souverain pontife leur annonçait que « quiconque s’opposait à ce que l’évêque Okpaleke prenne possession du diocèse veut détruire l’église ». Et d’ajouter, que « quiconque ne fait pas cela sera ipso facto suspendu a divinis et perdra son poste actuel »

Le Vatican a déclaré lundi que 200 prêtres ont obéi, mais certains ont encore exprimé des problèmes en travaillant avec Monseigneur Okpaleke.

En effet le pape Benoît XVI avait nommé Okpaleke à Ahiara en 2012. Ahiara est dans la région de Mbaise, et ses fidèles se sont opposés à la nomination d’un étranger de la région d’Anambra pour les diriger. En signe de protestation, les fidèles avaient bloqué l’accès à la cathédrale quand Okpaleke devait être officiellement installé. L’ordination avait alors été faite l’extérieur du diocèse.

Le renvoi d’Okpaleke par Francis représente la deuxième volte-face notable que le pontife a faite au sujet d’un évêque local en trois semaines, après sa décision du 30 janvier de renvoyer l’archevêque maltais Charles Scicluna enquêté sur les accusations contre l’évêque chilien Juan Barros.

Réagissez sur: http://africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *