« Entraide agricole »: l’ambitieux projet en passe de révolutionner l’agriculture togolaise

Les togolais ne rechignent plus à embrasser le travail de la terre. Avec le soutien des ONG et des projets de l’Etat, nombreux sont les citoyens qui reviennent à l’agriculture. Cependant, beaucoup de jeunes togolais ayant bénéficié de l’appui des institutions publiques pour leurs projets agricoles font face à des difficultés d’ordre logistique, organisationnel, humain, matériel et financière.

Une situation qui a conduit l’Ong Action Sociale pour le Développement Intégral (ASDI) à initier, en partenariat avec d’autres organisations, le projet « Entraide agricole ». Le programme a été lancé lundi dernier à Lomé. « Entraide agricole » ambitionne d’apporter un appui substantiel aux initiatives en cours dans le pays.

Conçu pour couvrir la période 2018-2028 dans un premier temps, le projet va promouvoir la production agricole au Togo à travers la mise en valeur des terres agricoles cultivables non exploitées avec une main d’œuvre locale et avec du financement participatif sous forme d’Action. Il vise également à initier, encourager et développer les initiatives de transformation des produits et développer de nouveaux marchés pour les produits transformés.

« Aujourd’hui, nous importons trop d’aliments de l’extérieur. Mais au même moment, nos populations meurent de faim. Il faut donc produire, parce que c’est en produisant qu’on crée de la richesse et de l’emploi », explique Hervé Tchamsi, Directeur exécutif de l’Ong ASDI.

Pour son exécution, 1000 jeunes techniciens agricoles seront recrutés, formés et placés dans 100 fermes agricoles sur toute l’étendue du territoire en raison de 10 jeunes par ferme. Chaque équipe se chargera de l’exploitation d’une terre agricole de 20 hectares.

« Ces jeunes vont produire du riz, du maïs, du manioc, de l’igname, du soja, du choux, du piment, du poivrons et bien d’autres produits qui serviront à nourrir les togolais d’abord, puis transformer ou exporter vers d’autres pays si possible », informe M. Tchamsi.

Au Togo, rappelle-t-on, le secteur agricole représente 40% de la création de richesses et compte pour 20% des ressources à l’exportation. En janvier dernier, la Banque africaine de développement (BAD) avait alloué une enveloppe de 7,47 milliards de F CFA au gouvernement en vue de faciliter les investissements publics pour le développement de l’agriculture et de ses chaînes de valeurs.

Le pays vit à l’heure de l’agrobusiness avec la création de petites unités industrielles et d’unités de transformation, traçant ainsi des perspectives prometteuses pour le territoire, confronté au défi de la consommation et de l’autosuffisance alimentaire.

Réagissez sur: http://africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *