Gabon: annulation de la grève des magistrats après le remplacement du ministre de tutelle

Les magistrats gabonais avaient lutté ces dernières semaines pour obtenir la démission de leur ministre de tutelle, mais finalement ils n’ont obtenu qu’un changement de portefeuilles. Mais malgré tout, cette nouvelle rendue publique à l’occasion du récent remaniement ministériel, semble les satisfaire pleinement. C’est la principale raison pour laquelle ils ont décider de suspendre leur appel à une grève illimitée dans tous les tribunaux du pays.

Les fonctionnaires de ce secteur accusent Francis Nkea Ndzigue de corruption. Au cours du remaniement du mardi dernier, celui-ci s’est vu confié le portefeuille du ministère de l’urbanisme et du cadre de vie. Il fait partie des légères modifications constatées dans cette équipe gouvernementale du Premier ministre gabonais Emmanuel Issoze-Ngondet.

Une conséquence du  mécontentement des magistrats ?  « C’est une façon de voir les choses, même si les syndicats ne peuvent ordonner à qui que ce soit la départ d’un ministre. Mais ce changement aidera probablement à apaiser la situation avec les magistrats », estime Alain Claude Bilie By Nze, porte parole du gouvernement.

Tout a débuté le 7 décembre dernier où le ministre de la Justice a convoqué un juge d’instruction qui venait de décider de la remise en liberté provisoire d’un inculpé. Ceci dans une affaire qu’il gérait. le Syndicat national des magistrats du Gabon (Synamag) a mal pris cette convocation et a directement dénoncé « les immixtions intempestives du pouvoir exécutif dans le pouvoir judiciaire ».

En réponse à ces accusations, le ministre de la Justice avait exigé que le magistrat concerné soit suspendu et fasse l’objet de sanctions disciplinaires. En plus de cela, Francis Nkéa Ndizigue avait également dénoncé « la corruption des magistrats, un fléau social auquel les Gabonais sont quotidiennement confrontés », ajoutant qu’il n’était « pas rare de voir les Gabonais payer de fortes sommes à un juge pour obtenir des décisions de justice en leur faveur ».

La réponse du syndicat des magistrats du Gabon (Synamag) ne s’est pas faite attendre. Une grève illimitée dans les tribunaux pour réclamer le départ de Francis Nkéa Ndizigue avait été annoncée. « Nous espérions des excuses publiques mais nous sommes satisfaits de ce changement au ministère. C’était devenu impossible pour nous de travailler avec une personne qui remet en cause notre intégrité. Nous allons très rapidement nous réunir pour annoncer la fin du mouvement de grève » indique Germain Nguema Ella, président du Synamag.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *