Côte d’Ivoire: la société Sopex interdite d’activités dans le cacao ivoirien

La belge Sopex est suspendue de toute activité de négoce du cacao en Côte d’Ivoire pour une période de 10 ans. Cette lourde sanction infligée à ladite société a été décidée par le Conseil Café Cacao (CCC) ivoirien suite aux manquements observés dans l’exécution de ses contrats.

Le CCC a fait part de sa décision en début de mois au principal syndicat des exportateurs de fèves, rapporte l’agence de presse Reuters. Il a été interdit aux exportateurs de conclure tout contrat de vente avec la firme belge basée à Anvers durant les dix prochaines campagnes.

Il est reproché à Sopex d’avoir fait défaut l’année dernière sur un contrat d’achat portant sur un volume de 41 000 tonnes de cacao au détriment de Nocoacy, un exportateur local. Une défaillance qui aura coûté au CCC, près de 21 milliards FCFA, soit 40 millions de dollars alors que le Conseil garantie les contrats auprès des banques qui pré-financent la campagne. L’action contre Sopex est censée le tenir pour responsable de ne pas avoir fourni des informations au conseil qui révélerait une spéculation.

On apprend que lors de la dernière campagne, l’organisation avait dû vendre aux enchères 350 000 tonnes de cacao portant sur des contrats à défaut dans un contexte de chute des cours sur le marché international. Une situation qui est le fait essentiellement d’opérateurs peu scrupuleux qui avaient pris des engagements d’achat par avance au prix fort avant de se rétracter devant la baisse des cours. D’autres sanctions similaires devraient tomber.

« Le directeur général du conseil veut être intransigeant », a déclaré une source au CCC à Reuters, soulignant la « détermination » de l’institution à « nettoyer le secteur et à ne plus tolérer les défaillances ».

« Nous voulons dire au marché qu’à partir de maintenant, un exportateur en défaut doit subir les conséquences de ses actions, mais aussi de la contrepartie », a indiqué une seconde source.

La position des négociants de cacao en Côte d’Ivoire se fragiliserait d’après l’hebdomadaire Jeune Afrique. Et pour cause l’introduction en 2012 d’un mécanisme de vente à terme pour remplacer le marché spot dans le pays. Cette mesure a limité les marges des négociants en les empêchant théoriquement de spéculer. Par ailleurs, la demande mondiale en chocolat connaît un ralentissement.

« Les nouveaux consommateurs des classes moyennes des pays émergents sont frappés par la crise, et les marchés européens amateurs de chocolat à haute teneur en cacao sont saturés », explique Laurent Pipitone, directeur de la division économique et statistique de l’Organisation internationale du cacao (Icco).

Pour rappel, fondé en 1894, le groupe Sopex, présent à l’origine dans le négoce du sucre, a développé ses activités sur d’autres commodités dont le cacao en 2011.

Réagissez sur: http://africatopforum.fr

One thought on “Côte d’Ivoire: la société Sopex interdite d’activités dans le cacao ivoirien

  1. Je voudrais rectifier cet article qui est erroné: tout d’abord c’est la société Nocoacy qui est en défaut vis a vis du conseil pour 41.000 m/t et non pas Sopex qui est elle même victime du défaut de Nocoacy mais pour une quantité bien moindre de 6.000 t/m. Nous avons la confirmation du conseil que le litige en ce qui nous concerne porte sur 6.000 t/m. Nous sommes en contact avec le conseil pour trouver une solution et faire lever notre suspension

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *