Akufo-Addo devant les gouverneurs américains: « l’Afrique d’abord »

Le chef de l’Etat ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, a exhorté les gouverneurs des Etats-Unis d’Amérique à ne pas ignorer l’Afrique, affirmant sa conviction que ce siècle est celui de l’Afrique.

Présent aux Etats-Unis dans le cadre de la réunion d’hiver de l’Association nationale des gouverneurs des États-Unis où il devenu le premier Chef d’Etat africain à s’exprimer devant les gouverneurs américains, le Akufo-Addo n’a pas hésité promouvoir l’esprit de « l’Africafirst », ou l’Afrique d’abord. Pour celui-ci, il y a de quoi faire confiance en l’Afrique.

Selon le président Akufo-Addo, la croissance en Afrique était, en 2015, la deuxième derrière celle de l’Asie, ajoutant que six des dix économies à plus forte croissance du monde se trouvent cette année en Afrique.

« Nous sommes riches en ressources naturelles et possédons près de 30% des ressources minérales restantes de la planète. Nous avons une population jeune et dynamique, et même si nous avons encore d’importants problèmes de sécurité, nous sommes plus en paix qu’avant », a-t-il déclaré.

Le président a rappelé que la décision historique de l’Union africaine portant création d’une zone de libre-échange qui sera lancée le 21 er  Mars 2018 présente d’immenses opportunités pour apporter la prospérité à l’Afrique avec le travail acharné, l’entreprise et la créativité.

« C’est le moment de regarder l’Afrique »

Tout en reconnaissant le spectre décourageant des jeunes Africains qui traversent le désert du Sahara à pied et se noient dans la mer Méditerranée, le président Akufo-Addo a expliqué que la structure actuelle des économies africaines dépendent de la production et l’exportation de matières premières, ne peuvent pas créer la prospérité.

« Ces économies ne peuvent pas produire de richesse et de prospérité pour les masses sur le continent. Cela incite donc à rechercher un bien meilleur niveau de vie en Afrique, alimentant ainsi les crises de réfugiés et les nombreux dénombrements de migrations illégales », a-t-il déclaré.

La grande vague de migrations aux États-Unis depuis l’Irlande et l’Italie, au XIXe  siècle, a complètement disparu, parce que les économies des deux pays fonctionnent correctement, a illustré le président Ghanéen.

C’est pour cette raison que le président Akufo-Addo a déclaré que « la seule façon d’assurer la prospérité en Afrique et l’emploi de nos jeunes est de créer des activités à valeur ajoutée, dans une économie moderne transformée et diversifiée, dans laquelle Révolution numérique. »

« Nous sommes déterminés à le faire dans notre génération au Ghana, sur le continent, et nous assurer que les générations futures ne seront ni des victimes ni des pions de l’ordre mondial », a-t-il ajouté.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.