Akufo-Addo: « l’Afrique doit construire des économies industrialisées à valeur ajoutée »

L’Afrique doit construire des économies industrialisées à valeur ajoutée avec une agriculture modernisée qui profite pleinement de la révolution numérique, si elle veut créer de la richesse et la prospérité pour ses peuples.

C’est ce qu’a déclaré le chef d’Etat ghanéen ce mardi dans son discours d’ ouverture du 5e  Forum économique germano-africaine, tenue à Dortmund, en Allemagne.

Décrivant l’Afrique comme « un continent riche, sinon le plus riche », le président Akufo-Addo a indiqué que le continent a le deuxième taux de croissance économique le plus rapide au monde, la région la plus dynamique pour les investissements étrangers directs, avec une population jeune.

Ainsi, afin de créer la prospérité pour les peuples africains, le président Akufo-Addo a indiqué que la première priorité de l’Afrique doit être de changer les structures des économies qui dépendent largement de la production et de l’exportation des matières premières sur le continent.

« C’est cette dépendance à l’égard des exportations de matières premières qui alimente notre dépendance à l’aide étrangère et nous soumet à la politique de l’Occident », a jouté le leader Ghanéen.

Pour celui-ci, la volonté de nombreux jeunes africains de traverser le désert du Sahara à pied et de se noyer en Méditerranée, dans une tentative désespérée d’atteindre le mirage d’une vie meilleure en Europe devrait servir d’avertissement aux gouvernements du continent.

Pour renverser la tendance actuelle, Akuffo-Addo pense que l’Afrique doit transformer les économies stagnantes et sans emploi. De même, le continent doit s’appuyer sur l’exportation de matières premières et de biens non raffinés, sur des économies à valeur ajoutée qui créent des emplois et construire des sociétés bourgeoises solides et sortir la population de la misère. « Nous ne pouvons le faire que si nous participons au marché mondial sur la base non des exportations de matières premières, mais de ce que nous faisons », a-t-il ajouté.

« Nous n’avons aucune raison d’être pauvres »

Selon lui, l’autre priorité du continent devrait être d’accroître la coopération en matière de commerce et d’investissement, et non l’aide, car c’est l’un des moyens de développer des relations économiques saines entre l’Afrique et le reste du monde.

« Nous devons aussi prioriser nos arrangements budgétaires pour garantir que des fonds sont disponibles pour renforcer les institutions clés de l’Etat, telles que la législature, la magistrature et les institutions fiscales », a expliqué le Chef de l’Etat.

A cela, il a ajouté qu’il est important que l’Afrique promeuve et développe une culture de gouvernance responsable, exempte de corruption, par laquelle les institutions se considèrent comme des entités publiques indépendantes servant l’intérêt public plus large, et « non les commodités temporaires des gouvernements du moment ».

Et de conclure, « nous avons la responsabilité de rendre nos pays attrayants pour nos jeunes. Ils devraient avoir l’impression d’avoir un avenir qui en vaut la peine, s’ils restent et aident à construire leur nation. »

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.