Togo: vive polémique autour de la nomination d’Antoine Gbegbeni au gouvernement

L’équipe gouvernementale de Komi Selom Klassou vient d’enregistrer une nouvelle entrée. Il s’agit d’Antoine Lekpa Gbegbeni qui vient d’être nommé la tête du ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hydraulique villageoise.

Le décret de sa nomination a été pris le 27 février 2017 par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Mais, alors que le nouveau ministre n’a même pas encore pris fonction, il suscite déjà de la polémique au sein de l’opinion.

Avant sa nomination, Antoine Lekpa Gbegbeni, qui jusque-là dirigeait la société Togolaise des Eaux (TdE), n’a pas laissé une bonne impression à ce poste, laissant le secteur de l’hydraulique totalement en lambeau. Cette « promotion » a donc du mal à passer dans l’opinion.

« Par quelle alchimie ce monsieur que l’on présente comme un gestionnaire, incapable à la tête de la TDE de fournir de l’eau potable en continu aux populations, d’étendre le réseau d’adduction d’eau potable…peut-il réussir à gérer des problèmes plus énormes au ministère ? », s’interroge un compatriote suite à sa nomination.

D’autres voient derrière cette nomination un népotisme qui ne dit pas son nom. En effet, il ressort que le nouveau ministre est très proche de la fratrie Gnassingbé, la famille présidentielle.

Il s’est marié notamment à une des sœurs de Faure Gnassingbé. « C’est donc une affaire de famille !», s’exclame un autre citoyen. La question que beaucoup de Togolais se posent est de savoir si le nouveau ministre qui peine à gérer la Société Togolaise des Eaux où il n’a pas laissé de bons souvenirs, parviendra à relever les défis à son nouveau poste.

Il faut souligner que ce ministère n’existait vraiment pas dans l’actuel gouvernement. Alors, le président de la République togolaise a-t-il fait exprès pour récompenser un « beau-frère », qui malgré sa qualité de Gestionnaire, a montré ses limites à la tête de la TdE ? La question reste tout posée.

Seulement, les défis qui attendent le ministre Antoine Lekpa Gbegbeni sont énormes. En effet, dans la capitale Lomé, le problème d’accès à l’eau potable se pose avec acuité.  Récemment, les habitants de la banlieue nord de la ville (Agoè) ont été privés d’eau potable pendant plusieurs jours.

Selon certaines études, Lomé compte plus de forages sauvages que d’installations de la Togolaise des Eaux, laquelle qui peine à satisfaire les besoins des populations. La vétusté des installations n’est pas à négliger. Le ministre devrait s’atteler à mettre en place une véritable politique de restructuration du secteur.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *