Bénin: un jeune docteur crée une « carte d’identité médicale universelle »

62 total views, 3 views today

Du 1er au 2 mars dernier, s’est tenue à Casablanca au Maroc, l’escale africaine du Futur.E.S in Africa. Ce forum se veut un cadre pour identifier et dialoguer sur les opportunités qu’offre l’intégration numérique dans des secteurs comme l’éducation, la santé et la gestion territoriale. Ce rendez-vous dédié à l’innovation digitale liée à l’Afrique a permis aux uns et aux autres de décrypter les tendances et enjeux de la transformation numérique au niveau continental, notamment dans les domaines de l’éducation, la gestion territoriale et la santé.

A cette rencontre, Arielle Ahouansou, un jeune docteur béninois de 25 ans de la startup KEA Medicals a présenté « carte d’identité médicale universelle ». Par cette innovation, elle compte « révolutionner le système de santé en Afrique ». Il y a deux ans, alors qu’elle travaillait comme interne à l’hôpital de Parakou, une ville au nord du Bénin, Arielle Ahouansou a eu l’ingénieuse idée de se lancer dans l’entreprenariat.

Elle raconte avoir été touchée par un évènement, un soir, où elle était de garde : « Une jeune femme est arrivée aux urgences après avoir été transférée d’un hôpital de banlieue par manque de places. Elle venait d’accoucher de jumeaux et faisait une hémorragie. Cette mère de 27 ans était entre la vie et la mort et il lui fallait une transfusion sanguine de toute urgence. Mais nous n’avions aucun moyen de connaître son groupe sanguin … Je me suis demandée à quoi cela servait d’avoir un diplôme et de continuer à assister passivement à ces décès », se remémore-t-elle.   Si la patiente avait pourtant bien fait un test sanguin au moment de sa grossesse, son dossier n’avait pas suivi lors de son transfert. « Elle n’avait pas d’argent sur elle non plus, nous avons donc perdu dix minutes à essayer de retrouver son groupe sanguin et à rassembler les quatre dollars nécessaires pour la transfusion. Ces minutes lui ont été fatales, elle a perdu la vie », déplore Arielle Ahouansou.

Marqué par cette épisode douloureuse, Arielle Ahouansou décide alors de prendre son bâton de pèlerin et donne vie à sa société KEA Medicals Pharmaceutics & Technologies, dans laquelle elle investit 500 000 francs CFA (760 euros) de sa poche et un million de francs CFA prêté par sa famille. En janvier 2017, alors qu’elle prépare sa soutenance de thèse à l’université, le premier prototype de la technologie qu’elle a mis au point est créé.

La plateforme KEA Medicals, disponible sur Internet et via son application, permet de centraliser les informations médicales d’un patient sur une base de données en ligne, accessible aux hôpitaux et aux médecins, où qu’ils soient. L’utilisateur se crée un compte et répond à plusieurs questions concernant son groupe sanguin, ses antécédents médicaux, ses allergies, s’il est atteint d’une maladie et les personnes à contacter en cas d’urgence.

L’objectif principale de cette plateforme est de garantir une couverture médicale à tous les Béninois. Selon les études, 90 % de la population n’aurait pas d’assurance maladie dans le pays, où elle reste facultative. Arielle Ahouansou, au-delà de son pays natal (Bénin) veut se lancer dans la conquête de l’Afrique.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.