Côte d’Ivoire: un premier syndicat des femmes pour défendre leurs intérêts

Les femmes de Côte d’Ivoire décident de se regrouper pour mieux défendre leurs interets. Des femmes issues de l’administration, du milieu agricole et du secteur informel se sont associées pour créer leur syndicat.

Le Réseau des femmes syndicalistes de Côte d’Ivoire (REFSY-CI), c’est le nom de ce nouveau regroupement de femmes. Une première dans le pays. Pour les initiatrices, l’idée est d’œuvrer pour que les préoccupations des femmes soient réellement prises en compte par les pouvoirs publics. Car pour la présidente Mariatou Guiehoa, elles sont jusqu’à présent « reléguées au second plan ».

Depuis les indépendances, sur la multitude de syndicats en Côte d’Ivoire, aucune femme n’a eu la chance de rester à la tête. A défaut, les femmes ont décidé de créer leur propre regroupement et de le diriger.

Le nouveau syndicat revendique 4.000 adhérentes, des femmes enseignantes, sociologues, vendeuses sur les marchés, pompistes, transporteuses… Ces femmes espèrent être désormais les « interlocutrices importantes dans le milieu syndical en Côte d’Ivoire » selon leur présidente.

Toutefois, elle espère une meilleure collaboration avec les regroupements déjà existants. « Nous ne sommes pas là pour dire que nous voulons prendre la place des hommes. Le REFSY-CI veut mériter sa place dans le milieu syndical », assure la responsable du nouveau mouvement.

Une initiative saluée par la ministre ivoirienne de la Femme, Mariatou Koné, qui considère que c’est « une avancée dans la politique de promotion de la femme » et « un puissant instrument de négociation sociale qui favorisera le dialogue constructif, à l’exclusion de la violence ».

La grande priorité pour l’instant c’est la formation des adhérents au militantisme féminin. REFSY-CI entend les aider aussi à « concilier le mouvement syndical et la vie de foyer, deux choses différentes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *