Togo: vers une reprise des manifestations de rue ?

 Se dirige-t-on vers la reprise des manifestations de rue au Togo ? Cette question, bien que banale mérite tout son pesant d’or. En effet, avant l’entame des discussions entre le pouvoir et l’opposition, dans les travaux préliminaires en comité préparatoire, les deux camps ont fait des concessions.

L’opposition avait renoncé aux manifestations de rue pendant la période du dialogue. Le pouvoir quant à lui, avait pris l’engagement de surseoir pour le moment au processus électoral qui devrait conduire au référendum et aux législatives qui devront avoir lieu en 2018.

Mais, tout porte à croire que le pouvoir ne se trouve plus dans cet état d’esprit. Il a remis en selle le « train » du processus électoral il y a quelques jours, avec la nomination des présidents des CELI.

Le Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le Prof Kodjona Kadanga a procédé, ce jeudi 1er mars 2018, à la nomination des Présidents des CELI. Ils sont trente-huit (38) en tout, conformément au nombre de CELI, à avoir été nommés, tous des magistrats.

« Par arrêté numéro 003/2018/P/CENI de ce 1er mars 2018, le Président de la CENI a procédé à la nomination des Présidents de CELI, dans le cadre des processus devant mener au référendum et aux élections de cette année. Cette étape, qui intervient conformément à la loi électorale, initie la mise en place des premiers démembrements de la CENI que sont les commissions locales. Les CELI sont composées de sept (07) membres dont : –Un (01) magistrat, président ; – Un (01) membre désigné par l’administration ; – Deux (02) membres désignés par la majorité parlementaire ; – Deux (02) membres désignés par l’opposition parlementaire ; – Un (01) membre désigné par les partis politiques extra-parlementaires représentés à la CENI. Trente-huit (38) magistrats viennent donc d’être nommés à la tête des CELI, dont le nombre et les ressorts territoriaux ont été fixés par décret pris en conseil des ministres au début de l’année », lit-on le site internet de la CENI.

Avec cette nomination, le pouvoir a manifestement franchi le pas. Et, l’opposition ne compte pas se laisser faire et compte donner une réponse appropriée à ce que certains conçoivent comme une provocation.

« Lors des discussions, le président Nana Akuffo Addo a clairement démontré au gouvernement en place qu’il n’est pas possible de continuer à progresser dans le processus électoral, comme si de rien n’était.

Avec les nominations, le pouvoir vient de donner la preuve qu’il ne respecte pas ses engagements », confie un membre influent de la coalition à la rédaction d’Africa Top Success. Mais à la question de savoir ce que compte faire la coalition des 14 en réaction à cette décision, ce dernier n’a pas voulu rentrer dans les détails. « Nous allons nous retrouver ce lundi et vous aurez la suite », a-t-il conclut.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *