Togo: l’opposition annonce quatre jours de marche dès la semaine prochaine

C’est désormais officiel. L’opposition togolaise va retourner dans la rue, qu’elle considère comme la seule arme dont elle dispose pour faire plier le gouvernement. Dans son dernier communiqué, la coalition des 14 partis de l’opposition avait signifié la rupture du pacte qui le liait au régime en place qui concerne « l’arrêt temporaire » des manifestations de rue, en contrepartie de « l’arrêt du processus électoral » par le pouvoir de Lomé.

Mais, avec la nomination des présidents des Commission électorale locales indépendantes (CELI), l’opposition a décidé de passer sans doute à la vitesse supérieure. Ainsi elle annonce déjà des manifestations de rue pour la semaine prochaine. Elles sont programmées sur les 13, 14, 15 et 17 mars prochains à Lomé et dans les autres villes du Togo. L’annonce a été faite ce 6 mars 2018 par la coordinatrice de la Coalition des 14 Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, sur une radio locale.

« Il s’agira des manifestations gigantesques pour dire au régime que ça suffit et ces manifestations auront lieu les mardi, mercredi, jeudi et samedi prochain », a-t-elle déclaré.

Il s’agira bien sûr pour la Coalition de réaffirmer sa détermination pour l’aboutissement des revendications du peuple togolais qu’elle porte, notamment l’exigence du retour à la version originelle de 1992 et du vote de la diaspora. Les leaders de cette Coalition veulent également démontrer leur désapprobation face à la poursuite du processus électoral.

Lors de leur récente sortie médiatique sur ce sujet, Me Dodhi Apevon, des FDR avait clairement signifié que le Facilitateur avait eu de longues discussions avec le gouvernement sur la nécessité d’arrêter le processus électoral. « Ce problème, nous l’avons soulevé au dialogue et le facilitateur nous a compris et il a pris son temps pour expliquer aux membres du gouvernement qu’il était nécessaire d’arrêter le processus qui est en cours », a ajouté la Secrétaire Générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA).

La coalition semble déterminée à donner une réponse appropriée à cette attitude du gouvernement.  « Nous avons pris acte de ces nominations qui ont été faites et nous prendrons en conséquence les dispositions qu’il faut pour manifester notre mécontentement pour dire que nous n’accepterons plus cette fois, une logique de fait accompli », a renchéri Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson.

Il noter que les récentes manifestations de la coalition de l’opposition remontent au mois de janvier 2018.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.