Afrique: quand Mo Ibrahim fustige la longévité des présidents au pouvoir

L’entrepreneur anglo-soudanais, Mohamed « Mo » Ibrahim est très remonté contre les jeunes africains notamment leur implication dans la politique.

Animant une conférence à laquelle prenaient part plusieurs hommes politiques et présidents africains, l’initiateur de la Fondation Mo Ibrahim pour inciter une meilleure gouvernance en Afrique, n’a pas hésiter à exposer son analyse qui selon lui, vise un éveil de conscience.

Mo Ibrahim s’est interrogé sur les raisons qui amènent de grandes nations à confier leur destinée, leur arme nucléaire, leurs économies, toutes leurs ressources à des hommes qui sont dans la quarantaine alors qu’en Afrique la jeunesse a tout le potentiel pour jouer pleinement  ce rôle.

« Vous voyez des gens à 90 ans sur le point de commencer de nouveaux mandats pour nous conduire, nous conduire où ? À la tombe ? », fustige-t-il, comme rapporté par Koaci.

Il rajouta qu' »en Afrique, nous voyons des personnes en fauteuil roulant incapables de lever la main pour se présenter aux élections. C’est une blague; tu es libre de rire … le monde entier se moque déjà de nous ».

Se basant sur l’exemple des Etats Unis, l’homme a rappelé que l’ancien Président Barack Obama aux origines africaines avait 46 ans ou 47 ans avant d’accéder au pouvoir. S’opposant à la chance qu’avait Obama aux USA, Mo Ibrahim a émis l’hypothèse selon laquelle « si Obama était au Kenya, que ferait-il ? Il conduirait peut-être un bus ». Une triste vérité qui n’est pas loin de la réalité.

Le fondateur du prix Mo Ibrahim qui récompense le leadership d’excellence en Afrique espère un éveil de conscience de la part des populations à soutenir les jeunes candidats aux élections présidentielles.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.