Algérie: climat de convivialité autour du dîner « Seksu Uderyis »

8 Vues, 1 Aujourdhui

En Algérie, il y a des traditions ancestrales qui ne peuvent passer inaperçues, telles que la fête de l’olive, de l’orange et du printemps, entre autres. Cette dernière citée est souvent fêtée en Kabylie notamment.

En effet, que ce soit à la basse ou à la haute Kabylie, c’est devenu une tradition que personne ne peut négliger ou oublier. « On ne peut publier nos us et coutumes. On célèbre des journées comme à l’accoutumée. Des fois, on les célèbre en famille, et des fois avec les voisins et des fois dans nos contrées qui nous unissent. Pourvu que ça dure », dirions-nous.

Dans les montagnes de la Kabylie, il est de tradition chez les berbères d’accueillir le printemps et d’aller à sa rencontre « Anmeguer tafsout » avec la joie qui marque la renaissance des végétaux. Pour la circonstance, un dîner particulier « Imensi N’tefsut » est préparé par les femmes.

Elle consiste en la confection d’un couscous de circonstance. Un plat particulier, préparé, servi et consommé, une fois dans l’année, c’est le « Seksu d uderyis » en tamazight, « Deriesse » ou « Bounafaa » en arabe, « thapsia » en français, et ce pour le premier jour du printemps.

« Thapsia garganica » est utilisée dans la préparation d’un couscous unique en son genre « Seksu d uderyis ». La plante doit être utilisée avec précaution dans la préparation de ce couscous car elle est vénéneuse à l’excès.

Dans la région de la Grande Kabylie en Algérie, les bulbes de cette plante sont pillés sur une roche plate prés d’une rivière poissonneuse. La pâte obtenue est dispersée dans une surface d’eau formant un étang de préférence.

Au bout de quelques minutes la macération agit sur les poissons et les anguilles en les endormant. Ils remontent alors à la surface du plan d’eau où il suffit de les ramasser.

A travers la célébration de Tafsut, la population algérienne amazighe dans son ensemble, réagit pour protéger ce qui lui reste de repères identitaires sans doute des plus solides avec Yennayer (Journée décrétée dernièrement comme fête nationale par le président de la République Algérienne Abdelaziz Bouteflika). Ce qui a permis aux citoyens de la Kabylie profonde de célébrer le 12 Janvier dernier (Yennayer 2968) comme c’était de coutume, bien que la différence cette fois, c’est le fait que cette fête est reconnue nationale.

Bref, c’est dans un but thérapeutique, pour préparer le corps à vivre le printemps que dans bien des régions de l’Algérie profonde, on prépare « Seksu Uderyis » et on le consomme sur plusieurs jours.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *