Le Ghana mise sur un contrôle strict des exportations aurifères

14 total views, 1 views today

Le Ghana veut avoir un œil plus regardant dans l’exportation des ressources aurifères. La  valeur des exportations d’or sera certifiée pour connaitre réellement ce que gagne l’Etat dans toutes ces transactions commerciales. Le pays ne veut plus se faire tromper par des acteurs, capables de  détourner des fonds. Avec un contrôle renforcé, l’Etat veut s’assurer de  la régularité de ses revenus.

Le vice-président Mahamudu Bawumia  a indiqué qu’il est du devoir de la société publique Precious Minerals Marketing Company de  contrôler puis  valider la production minérale avant l’exportation. La loi ghanéenne l’a bien mentionné a-t-il dit. Chacun sera amené à savoir la quantité exacte d’or produit.

«Nous avons entamé des discussions sur le processus visant à s’assurer que chaque barre d’or qui quitte nos côtes est correctement pesée, testée, valorisée et comptabilisée.», a déclaré M. Bawumia. Dans les cinq prochaines années, il est prévu que la moitié de l’or exploitée soit raffiné localement.

Le Ghana, deuxième poids lourd de l’or sur le continent africain se démarque aujourd’hui par son ambition d’assainir les finances publiques en renflouant ses caisses.  En fin d’année 2017, ses recettes d’exportations aurifères étaient de  5,78 milliards $, en hausse de 17,6% par rapport à 2016.

Le niveau de production de  4,4 millions onces aux premiers mois de l’année 2016 a été considéré comme le plus élevé depuis près d’une quarantaine d’années. Au Ghana, la production d’or a débutée le 1 janvier 1955.

 

 

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.