Emploi des jeunes en Afrique: la BAD livre sa stratégie

Ce n’est un secret pour personne. Le chômage touche de plein fouet la jeunesse africaine. Selon les statistiques, 50 à 55% de jeunes africains qui ont undiplôme n’ont pas de travail. Si les causes sont à chercher du côté de l’explosion démographique, l’absence de vision des décideurs locaux en est aussi pour quelque chose.

Un expert des Nations unies ira d’un commentaire alarmiste: « les jeunes Africains sans emploi, qui se comptent par dizaines de millions, sont une menace pour la stabilité du continent », a-t-il déclaré lors d’une rencontre sur le sujet co-organisée par les Nations unies.

La Banque africaine de développement (BAD) montera au créneau pour tenter de désamorcer la bombe. Depuis deux ans, l’institution financière panafricaine mène une réflexion et tente d’apporter des pistes de solutions.

Pour les gouverneurs d’Afrique de l’est et du nord de la Bad, il y a une « nécessité de prendre des mesures urgentes ». Le président de la banque, Akinwumi Adesina, trouve pour sa part que la solution est à portée de main et nécessitera des investissements.

Pour améliorer le futur de l’emploi sur le continent, les dirigeants de la Bad appellent à assurer la croissance inclusive et à la création des emplois.

Pour y parvenir, il faudra, d’après Akinwumi Adesina, 170 milliards de dollars US. Le montant requis pour combler, dans un premier temps, le déficit d’investissement dans les infrastructures en Afrique.Il faudra aussi organiser un forum pour mobiliser des investissements. Et à l’institution d’annoncer la tenue prochaine d’un forum dénommé « African investment Forum ».

Le but est d’atteindre les objectifs d’un meilleur dividende démographique, apprend-t-on. Ledit forum sera organisé sous l’égide de la Bad pour rassembler les fonds nécessaires à l’atteinte des objectifs. La date du symposium est d’ailleurs connue. Il aura lieu du 7 au 9 novembre 2018. Cette rencontre va permettre à la Bad « et ses partenaires de présenter des projets bancables, d’attirer des financements de fournir des plateformes pour investir en Afrique ».

Dans un communiqué, l’organisation rappelle l’urgence de la question en soulignant que 13% de la population mondiale est en Afrique. Selon la même source, ce chiffre devrait doubler d’ici à 2050.

« Il nous reste 12 ans pour réaliser les Objectifs de développement durable (Odd), et si l’Afrique n’atteint pas les Objectifs de développement durable, le monde ne les atteindra pas non plus. Nous approfondissons nos réformes, nous avons porté nos décaissements à leur plus haut niveau l’année dernière, et nous mobilisons davantage de ressources pour l’Afrique», insiste Akinwumi Adesina.

Ainsi, du fait d’une augmentation de capital, la Bad va « être en mesure d’exécuter » son solide pipeline d’opérations, y compris des projets d’infrastructures et d’intégration régionale.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.