Ghana : réforme dans le secteur des finances

Le Ghana s’est toujours montré comme un pays exemplaire en Afrique de l’ouest. Que ce soit du point de vue politique et démocratique ou encore économique, tout est pris au sérieux. Le nouveau président Nana Akufo-Addo est entrain de réaliser un certain nombre de réformes qui vont aider le pays tôt ou tard à relever les défis.

Le Fonds monétaire international (Fmi), avait déjà recommandé au Ghana de faire de son mieux pour faire rentrer plus de fonds dans ses caisses sans se voir obliger d’augmenter les taxes. L’enjeu est aussi de réduire la dette publique et augmenter n’augure rien de bon.

Le sillon tracé est large au point de pouvoir drainer  les entreprises du secteur informel. Elles représentent plus de deux tiers des entreprises exerçant leurs activités au Ghana.

En terme de mobilisation des ressources, le ministère des finances, a indiqué qu’entre janvier et novembre 2017, environ 6,2 milliards $ ont été récupérés auprès des entreprises. Cela représente tout de même une baisse de 296,6 milliards $ selon les prévisions de  cette période.

Les  recettes fiscales du Ghana doivent atteindre au moins 15% du PIB afin de réduire les risques de défaut de paiement pour pouvoir satisfaire aux obligations de la dette.

La Banque mondiale a estimé que  le Ghana a de fortes chances d’enregistrer la plus grande croissance économique pour 2018, soit 8,3%. Le président de la république poursuit les chantiers.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.