Kenya : Nairobi se prépare pour l’arrivée des taxis volants

La communauté des entrepreneurs et les premiers partisans du projet de chaîne de blocs McFly ont commencé à mettre en place une infrastructure pour les voitures volantes dans 23 villes couvrant 13 pays, y compris à Nairobi, la capitale kenyane.

Dans ces villes, la communauté McFly met en place un paquet technologique pour l’installation des infrastructures du taxi aérien développé par le consortium Blockchain.aero.

«Les gens dans les grandes villes sont fatigués de la circulation, ils seront ravis d’avoir des vols privés abordables, nous avons développé un programme en trois phases pour créer une infrastructure pour les voitures volantes», explique Nik Bezhko, responsable de la communauté .

Selon celui-ci, ces voitures (VTOL) sont pilotées automatiquement afin d’améliorer la sécurité.

L’idée est que les passagers soient pris à l’héliport le plus proche de leur point de stationnement et déposés au point le plus proche de leur destination

Contrairement aux hélicoptères, les voitures volantes seront efficaces dans l’utilisation du carburant, le bruit et la sécurité, a déclaré Bezhko.

En ce qui concerne les tarifs, les trajets ont un prix de 8 $ par minute. Toutefois, les prix seront basés sur la charge de la grille et les transactions seront effectuées en jetons c sur la blockchain.

L’entreprise utilisera un coût de production initial de 120 000 $ par véhicule. Cependant, ce coût va réduire à 30 000 $ puis 40 000 $ une fois qu’ils commenceront à produire en quantité.

A Nairobi, on s’attend à ce que le projet ouvre de nouvelles affaires pour les entrepreneurs, les ingénieurs et les experts en drones, et les fabricants de matériel et de logiciels pour l’IOT, alimentés par la blockchain pour l’infrastructure de taxi aérien urbain.

Notons que Nairobi a été sélectionné aux côtés des grandes villes comme Los Angeles, San Francisco, Paris, Moscou, Madrid, etc…

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.