La Namibie veut se lancer dans l’économie des batteries rechargeables

La Namibie pourrait avoir sa première mine de cobalt en 2020, ce qui en fait le dernier pays à répondre aux besoins insatiables de batteries rechargeables dans le monde.

Le cobalt n’a été découvert qu’en 2012 dans la région de Kunene, au nord-ouest du pays. Mais déjà, les compagnies minières rapportent que l’exploration initiale montre qu’il pourrait y avoir assez de ressources pour faire de la Namibie un producteur de cobalt compétitif.

Alors que le prix du cobalt grimpe grâce à la demande de batteries rechargeables dans tous les domaines, des téléphones aux voitures, cette dernière découverte pourrait être une aubaine pour l’économie namibienne.

La société minière australienne Celsius Resources, a obtenu la permanence sur la zone de 1470 kilomètres carrés et a annoncé la semaine dernière que son investissement dans le projet Opuwu Cobalt avait porté ses fruits. Il est encore tôt dans le processus d’exploration, mais Celsius est confiant quant à la catégorie de produits de cobalt que la région pourrait céder, selon une présentation corporative en fin du mois de février.

Tirer plus d’avantages

En effet, ce n’est pas seulement la qualité du minerai qui attire les investisseurs. La même présentation a souligné la stabilité de la Namibie, la bonne infrastructure et les codes miniers clairs, tous les avantages que la Namibie a sur le plus grand producteur de cobalt du monde, mais instable, la République démocratique du Congo.

Plus d’explorations sont déjà en cours pour déterminer la profondeur des réserves de cobalt.

La compagnie minière canadienne Namibia Rare Earths prévoit désormais une seconde analyse de plus de 12 000 échantillons de sol existants pour vérifier le cobalt, a indiqué la compagnie dans un communiqué le 5 mars dernier.

Désireux de se lancer dans la ruée vers l’industrie des batteries rechargeables, le sud la Namibie a également connu un regain d’intérêt pour les mines de lithium. Les cartes historiques sont réexaminées pour déterminer l’étendue des gisements de lithium, tandis que les activités minières dans la vallée de Tantalite, près de la frontière avec l’Afrique du Sud, sont réactivées.

Le gouvernement namibien perçoit une taxe de 3% sur le prix du marché des métaux de base. En tant que deuxième producteur de diamants au monde, riche en uranium, en gaz naturel et, plus récemment, en pétrole, l’exploitation minière contribue pour 25% au PIB du pays.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.